Sondage : 58% des personnes interrogées ne connaissaient pas la possibilité des directives anticipées

Publié le 5 Fév, 2018

Depuis le 2 février 2016, la loi française donne le droit de rédiger ses volontés en vue de la gestion médicale de la fin de vie, à travers des « directives anticipées »[1].

 

« Si en fin de vie vous n’êtes plus capable de vous exprimer, acceptez-vous ou refusez-vous une réanimation cardiaque et respiratoire ? Une dialyse rénale ? Une intervention chirurgicale ? Une alimentation et une hydratation artificielles ? ». Telles sont les questions que l’on peut trouver dans un sondage2] du ministère de la Santé.

 

58% des personnes interrogées « ne connaissaient pas les directives anticipées ». Pour les autres, seuls 11% en ont déjà rédigées. 32% envisagent de le faire et 51% ne l’envisagent pas.

 

« Même si le pourcentage n’est pas très élevé et ne bouge pas beaucoup, ce n’est pas une indication que ces directives ne serviraient à rien », a cependant déclaré Véronique Fournier, présidente du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie.

 

 

[2] Sondage réalisé du 8 au 12 janvier par téléphone auprès de 964 Français âgés de 50 ans et plus.

 

AFP (06/02/2018)

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres