Sondage : 58% des personnes interrogées ne connaissaient pas la possibilité des directives anticipées

Publié le : 6 février 2018

Depuis le 2 février 2016, la loi française donne le droit de rédiger ses volontés en vue de la gestion médicale de la fin de vie, à travers des « directives anticipées »[1].

 

« Si en fin de vie vous n’êtes plus capable de vous exprimer, acceptez-vous ou refusez-vous une réanimation cardiaque et respiratoire ? Une dialyse rénale ? Une intervention chirurgicale ? Une alimentation et une hydratation artificielles ? ». Telles sont les questions que l’on peut trouver dans un sondage2] du ministère de la Santé.

 

58% des personnes interrogées « ne connaissaient pas les directives anticipées ». Pour les autres, seuls 11% en ont déjà rédigées. 32% envisagent de le faire et 51% ne l’envisagent pas.

 

« Même si le pourcentage n’est pas très élevé et ne bouge pas beaucoup, ce n’est pas une indication que ces directives ne serviraient à rien », a cependant déclaré Véronique Fournier, présidente du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie.

 

 

[2] Sondage réalisé du 8 au 12 janvier par téléphone auprès de 964 Français âgés de 50 ans et plus.

 

<p>AFP (06/02/2018)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres