Soins palliatifs et télémédecine font bon ménage

Publié le : 4 septembre 2020

A l’occasion du congrès de la SFAP, deux retours d’expérience, présentés le 2 septembre, ont mis en évidence les « avantages éthiques et pratiques » de la mise en place de la télémédecine en soins palliatifs dans l’hospitalisation à domicile.

Pour Stéphanie Villet, médecin au Centre de lutte contre le Cancer (CLCC) Oscar-Lambret de Lille, « le prérequis est de connaitre son patient et de l’avoir déjà rencontré en présentiel ». Les téléconsultations, à laquelle l’aidant et l’infirmer assistent, seront alors plus courtes (en moyenne 32 minutes). A domicile, l’infirmier sera plus longtemps présent « pour préparer le patient et le matériel ».

L’expérience montre que le patient, détendu, « se livre beaucoup plus ». Il évite les trajets parfois douloureux et ne mobilise pas le personnel qui doit l’accompagner en consultation. A domicile, en Ehpad ou dans des foyers de vie, « le constat est le même », selon Stéphane Carnein, médecin gériatre au centre hospitalier de Lille.

Par ailleurs, « pendant l’épidémie de la maladie Covid-19, la télémédecine a permis de favoriser le décloisonnement entre hôpital et médico-social ».

Seul bémol, le matériel et les compétences nécessaires préalables à la mise en place du dispositif.

Source : Hospimédia, Jérôme Robillard (03/09/2020)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres