Soins palliatifs : deux stratégies triennale et décennale qui se chevauchent

18 Juin, 2024

L’heure est au bilan alors que, cette année, s’achève le plan triennal de développement des soins palliatifs, et que commence la nouvelle stratégie décennale les englobant avec les « soins d’accompagnement » (cf. Fin de vie : « Ce n’est pas en baptisant stratégie ce qui était auparavant appelé plan que se fait une politique volontariste » ; Soins palliatifs, soins d’accompagnement : que retenir du premier jour de débats ?). Cette année commune permet au plan de bénéficier de crédits supplémentaires pour finaliser « quelques mesures subsidiaires » (cf. Plan décennal sur les soins palliatifs : « il faudrait être naïf pour s’y fier »).

Comme l’avait indiqué Olivier Mermet, l’un des deux copilotes du plan, lors du congrès de la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (SFAP) en avril 2023, les 60 millions d’euros dédiés à des mesures nouvelles annoncées en 2021 ont été abondés de plus de 10 millions. Quant aux 120 millions de financement évalués au démarrage du plan, ils ont « largement » été dépassés en raison de la hausse des tarifs (cf. Soins palliatifs : la promesse d’« une petite révolution », mais pas de moyens).

L’un des objectifs est le développement de projets d’unités de soins palliatifs (USP) (cf. « L’enjeu n’est même plus de développer les soins palliatifs. Il s’agit d’éviter leur écroulement »). Olivier Mermet recense onze ouvertures dans des départements non pourvus, auxquelles s’ajoutent quatre unités pour renforcer l’offre en 2024. De plus, d’ici la fin de l’année, trois USP pédiatriques pilotes devraient être créées en Ile-de-France, en Auvergne et en Guyane. Enfin, d’ici 2025, des équipes d’intervention urgente en hospitalisation à domicile (HAD) devraient également être mises en place. Ces quinze équipes seront testées sur la base d’un cahier des charges en cours d’élaboration. Pour l’instant, les évaluations anticipées de l’HAD en Ehpad se poursuivent. Entre novembre et février 2024, le nombre de bénéficiaires de l’HAD a doublé. Au total, 1,17 million d’euros ont été dépensés par l’Assurance maladie. Concernant les équipes mobiles de soins palliatifs (EMSP) et les équipes ressources spécialisées en pédiatrie dans chaque région, les crédits mobilisés par les ARS ont augmenté de 17,9 % entre 2021 et 2023. En 2023, 180,9 millions ont été consacrés aux EMSP et 7,4 millions pour les équipes spécialisées en pédiatrie.

Concernant le midazolam pour les situations de fin de vie à domicile, le plan a par ailleurs facilité son accès (cf. Fin de vie : Le Midazolam en accès facilité). Entre avril 2023 et avril 2024, 721 prescripteurs pour 853 patients et 1 658 boîtes délivrées sont recensés.

Enfin, sur le volet formation et recherche, quatre maîtres de conférences des universités – praticiens hospitaliers ont été nommés en septembre et 51 postes d’assistants spécialistes en médecine palliative ont été pourvus entre 2021 et 2024 (cf. Projet de loi fin de vie : les soignants ont l’impression de se « faire marcher dessus »). En 2022, trois chefs de clinique en médecine palliative ont été nommés. Il y en a eu quatre en 2023 et cinq en 2024 (cf. Fin de vie : un « dialogue de sourds » entre les soignants et le gouvernement).

 

Source : Hospimedia, Jérôme Robillard (17/06/2024)

DERNIERES ACTUALITES
Fin de vie : l’« obstination déraisonnable » d’Olivier Falorni

Fin de vie : l’« obstination déraisonnable » d’Olivier Falorni

Vendredi 19 juillet, Olivier Falorni, député Les Démocrates de Charente-Maritime, a annoncé le dépôt de « la première proposition de loi de la 17ème législature ». Le texte reprend le projet de loi relatif à la fin de vie dont l’examen a été interrompu par la...

Partager cet article
[supsystic-social-sharing id='1']

Toute l’actualité bioéthique
chez vous, gratuitement

Cochez vos choix :

En validant ce formulaire, j’accepte de recevoir les informations du site Gènéthique par email et accepte la politique de confidentialité