« Si la technologie peut être utile, elle ne peut remplacer le contact humain »

Publié le : 24 juillet 2017

Un rapport de la Commission Lancet aux Royaume-Uni estime que les robots pourraient « prendre soin » des personnes atteintes de démence. D’ores et déjà, des gadgets sont utilisés dans cette optique: « des équipements comme les trackers GPS sont utilisés pour s’assurer que les patients ne se perdent pas, tandis que les écrans dans la maison peuvent détecter les chutes et indiquer si le téléphone ou la télévision sont en marche, en renvoyant des informations à la famille et aux soignants ». D’autres patients « portent une montre intelligente » qui permet au personnel médical d’étudier « leur sommeil, leurs habitudes alimentaires, leur tension ou leur glycémie ». Des « calendriers électroniques », des « rappels oraux », des « animaux robots » sont aussi employés pour aider ces personnes à recouvrer une certaine autonomie, dans des « environnements sécurisés, stimulants  et fonctionnels ». Mais le rapport met en garde : « si la technologie peut être utile, elle ne peut remplacer le contact humain ». Le Professeur Clive Ballard, co-auteur de l’étude, explique sa crainte que les robots soient utilisés comme un substitut aux relations humaines. Or « l’interaction personnelle est un besoin humain et les avancées technologiques n’avanceront pas si vous effacez l’élément humain ». 

 

En outre, « les éléments de preuve sur l’efficacité de la plupart des appareils ne sont pas disponibles. La prudence est nécessaire pour protéger les personnes atteintes de démence de la surestimation de dispositifs inefficaces et potentiellement dangereux » recommande la rapport.

<p>Dailymail, Rosie Taylor (20/07/2017)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres