Sapin de Noël et antispécisme : les droits de l’Homme en danger

Publié le : 14 septembre 2020

Réagissant aux propos du nouveau maire écologiste de Bordeaux sur le sapin de Noël[1], Edouard Husson met en garde contre l’antispécisme.

« Revendiquer des droits pour les animaux et les arbres conduit (…) à se désintéresser des grandes questions économiques et sociales », analyse l’historien. Et « plus profondément (…), ce sont les droits de l’Homme que l’on met en danger ». Car « si l’être humain ne possède pas des droits à la différence du reste des vivants, alors on aboutit vite à la possibilité de mettre animaux et végétaux au-dessus de certains humains ». Une hypothèse à la source des « pires dérives », qui, s’ajoutant aux autres « délires idéologiques » actuels, nous plonge dans « une confusion morale totale ».

Par ailleurs, la cause antispéciste révèle « la perte de sens » de notre société. Avec le sapin de Noël, il s’agit de « nier les traditions populaires » ; avec la chasse, nier « les pratiques ancestrales ». « Dans une société individualiste où l’on passe facilement de la croyance trop optimiste dans la bonté de l’être humain à la misanthropie généralisée, l’antispécisme est un puissant dissolvant de l’éducation », qui « détruit le lien social et désagrège la société », alerte Edouard Husson.

 

[1] Pierre Hurmic « a expliqué qu’il n’y aurait pas de sapin de Noël à la mairie car il s’agissait d’un ‘arbre mort’ ».

 

Source: Atlantico, Edouard Husson (13/09/2020)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres