Santé connectée : l’entreprise Withings lève 53 millions d’euros

Publié le 30 Juil, 2020

Withings, société dédiée aux objets connectés et fondée en 2008, a annoncé « avoir levé 53 millions d’euros auprès d’investisseurs emmenés par le néerlandais Gilde Healthcare, Idinvest Partners et Bpifrance ».

 

Face à « l’insistance » des deux derniers, Eric Carreel, co-fondateur de l’entreprise, l’avait cédée à Nokia en 2016 pour 170 millions d’euros. « Nokia nous a approchés et cette opportunité avait du sens car le groupe disposait de la force de frappe ou des compétences que Withings n’avait pas encore acquises à l’époque, pour asseoir une marque médicale sur le plan mondial » indique l’entrepreneur. Mais, « deux ans plus tard », le groupe finlandais revendait l’entreprise à son fondateur « pour un prix non dévoilé, mais estimé aux alentours de 30 millions d’euros ».

 

Eric Carreel qui reconnaît de son côté avoir « misé ″trop tôt″ sur la transformation du marché de la santé en France », se tourne vers l’Amérique. « Une nouvelle médecine préventive est en train de s’inventer, affirme-t-il. Nous sommes à l’intersection des consommateurs, des données et de la santé. On espère que dans trois ans le marché sera aussi en Europe. » Ainsi, « Withings pense pouvoir vendre à des professionnels de santé aux Etats-Unis les données collectées auprès des millions d’utilisateurs quotidiens de ses balances, montres et autres analyseurs de sommeil ». « Ce qui n’est pas encore possible en France, faute d’acteurs prêts à payer ces données au sein d’un système de santé très monolithique. » « Secouons-nous, sinon ce sont les GAFA qui vont collecter nos données de santé », interpelle Eric Carreel.

 

L’argent levé « vise à financer cette expansion outre-Atlantique, tout en alimentant la recherche et développement pour concevoir de nouveaux produits à la fois ergonomiques et capables de réaliser des mesures médicales de plus en plus profondes, y compris sur les artères ». Mais « nous restons une entreprise française. Nos forces sont ici », affirme l’entrepreneur.

 

« Quand nous avons créé Withings en 2008, nous ne pensions pas à la santé », avoue Eric Carreel. « Le choix du pèse-personne comme premier produit s’est opéré un peu par hasard ». Mais « entre février et juin, nos ventes ont été en hausse de 50 % par rapport à l’an dernier », précise-t-il.

Le Monde, Isabelle Chaperon (28/07/2020)

Partager cet article

Synthèses de presse

Une définition juridique de l’écocide ?
/ Tous les autres thèmes

Une définition juridique de l’écocide ?

Au terme de six mois de délibérations, un « comité d’experts indépendants », a publié une définition juridique de l’« ...
Erreur de diagnostic : Un couple irlandais indemnisé à la suite d’un avortement
/ IVG-IMG

Erreur de diagnostic : Un couple irlandais indemnisé à la suite d’un avortement

La Haute Cour de Dublin a étudié mercredi 23 juin, le montant des dommages-intérêts qui seront versés à un couple ...
Loi de bioéthique : "Examiner le texte aurait juste confirmé un troisième échec "
/ Loi de bioéthique

Loi de bioéthique : “Examiner le texte aurait juste confirmé un troisième échec “

Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, confie le sentiment d’ "une occasion manquée" ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres