Sang de cordon: le développement des biobanques recommandé par le CCNE

Publié le : 20 avril 2012

Jeudi 19 avril 2012, Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis n°117 dans lequel il recommande de "favoriser  le développement de biobanques à caractère familial  et solidaire en promouvant le recueil des produits cellulaires, issus du  sang de cordon, du cordon lui-même et du placenta". Pour le professeur Alain Grimfield, président du CCNE, "on a transformé un déchet  de soins [ ndlr : le cordon ombilical] en organe noble".

Bernard Weill, néphrologue et rapporteur membre du CCNE, précise que "dans ces banques, le sang de cordon récolté pourra, en priorité et si nécessaire, être utilisé pour traiter les frères et sœurs atteints" de maladies de sang héréditaires comme la drépanocytose ou la thalassémie. Il ajoute que dans l’hypothèse où il n’y aurait pas d’utilisation par un membre de la famille, "le sang sera, dans le cadre d’un don solidaire et anonyme, mis à disposition d’autrui, en France ou à l’étranger, dans le cadre d’un réseau d’échange international". D’après le CCNE, ces banques devraient être publiques ou privées, à but non lucratif. celui-ci réitère son opposition à la création de banque privées de sang de cordon qui exigent de payer pour conserver ces cellules.

En France, afin de développer les unités de sang de cordon qui à 63% proviennent de l’étranger, le CCNE estime nécessaire de réaliser "une vaste information auprès des femmes enceintes" afin de les inciter à donner leur consentement éclairé et par écrit à ce don "bien avant la naissance".

AFP (Brigitte Castelnau) 19/04/12 - sante.lefigaro.fr (Delphine Chayet) 19/04/12 - Le Quotidien du Médecin.fr (Stéphane Hasendahl) 20/04/12 - La Croix (Denis Sergent) 20/04/12 - Libération 20/04/12

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres