Salon « désir d’enfant » : silence sur la GPA

Publié le 6 Sep, 2022

Lors de la troisième édition du salon « Désir d’enfant » (cf. PMA et GPA : Le Salon « Désir d’enfant » de retour à Paris), qui a eu lieu les 3 et 4 septembre à Paris, les organisateurs n’ont pas affiché, pour la première fois, de prestations de GPA. Des députés avaient déposé au début de l’été une proposition de loi visant à inscrire son interdiction dans la Constitution (cf. GPA : une proposition de loi constitutionnelle en France).

Même si aucune agence de GPA ou aucune mère porteuse n’étaient officiellement présentes cette année, des ventes de livres étaient organisées sur le sujet. Un marché qui « représentait 5,8 milliards de dollars en 2021 », rappelle La Manif pour Tous.

Plus de 1500 visiteurs ont participé à ce salon qui a rassemblé des acteurs du marché mondial de la « fertilité assistée », parmi lesquels des banques internationales de gamètes (cf. La banque de sperme Cryos se vante de pratiquer un eugénisme positif). Pour Jean-Claude et Christèle, qui préfèreraient un pays où les donneurs sont anonymes, c’est le « prix » qui va les décider (cf. PMA : La France lève partiellement l’anonymat des donneurs).

 

Source : Famille Chrétienne, Anne-Françoise de Taillandier (05/09/2022)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur
/ Transhumanisme

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur

Un Américain handicapé a commencé à utiliser une fonction d’intelligence artificielle pour l’aider à communiquer à une vitesse « conversationnelle » ...
Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres