Salon « Désir d’enfant » : le révélateur d’une « gigantesque hypocrisie d’Etat »

Publié le : 9 septembre 2020

Dans une tribune du Figaro, Damien Le Guay, philosophe et éthicien dénonce « l’indignation à géométrie variable » des féministes et de l’Etat face à la GPA.

Le salon « Désir d’enfant » qui se tenait le weekend dernier à Paris (cf. « Désir d’enfant », le salon PMA de trop), « vantait la GPA en toute sécurité ». Il n’a rencontré aucune résistance de la part des féministes, observe-t-il : « Où étaient-elles? Elles si promptes à dénoncer les atteintes aux dignités des femmes, elles n’ont pas dit mot – et donc elles consentent. Il y a dans la position des féministes européennes, si radicales sur bien des sujets, un relent de réflexe colonial d’Ancien Régime. Ici, en France, la GPA est interdite. Dont acte! Elle est même condamnée. Mais là-bas, dans les provinces reculées de l’Empire du Bien, dans les colonies lointaines ukrainiennes, là où on pratique un élevage maternel semi-industriel, les femmes sont «libres» à leur manière – «libres» surtout de ne plus l’être et de laisser leur ventre être colonisé par un maître parisien. Mais surtout, elles ne sont pas «femmes» comme sont les femmes d’ici. Ici, louer son ventre est un crime de lèse féminisme, mais, là-bas, tout est différent ».

Une « gigantesque hypocrisie d’Etat », ce dernier se donnant « bonne conscience à peu de frais » en déclarant la GPA « ligne rouge ». Car les faits révèlent la faiblesse du discours. « Marlène Schiappa a beau déclarer, régulièrement, que la GPA conduit à une « marchandisation du corps des femmes », elle (comme le président Macron) a une éthique hypocrite, une éthique avec des œillères, une éthique qui encourage le mal qu’elle dénonce. À quand une éthique conséquente avec elle-même qui supposerait, en toute logique, sans trop de subtilités, que ce qui est interdit… est interdit – même pour les riches et les puissants, même pour les maîtres des médias », s’emporte le philosophe.

« La GPA est devenue le nouvel horizon de la morale progressiste », déclare Damien Le Guay. « Horizon effrayant avec un éclatement des «fonctions» et un morcellement des corps ». « Tohu-bohu éthique » face auquel il propose « l’écologie d’une création partagée ».

 

Source : Le Figaro, Damien Le Guay (08/09/2020)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres