RU 486 en ville : les professionnels de santé défavorables

Publié le : 7 septembre 2004

Fermeture de services privés pratiquant l’avortement par manque de rentabilité et pénurie de personnel dans les services publics, certains médecins et associations espéraient que le décret "autorisant l’IVG médicamenteuse en ville" permettrait de désamorcer une situation de crise. Pourtant de nombreux praticiens semblent réticents à se lancer dans de telles pratiques. Certains sont opposés à l’avortement, d’autres sont découragés par la complexité de la procédure qui prévoie cinq consultations pour un forfait de 191.74 Euros.

Le protocole et surtout l’idée même d’IVG médicamenteuse n’ont rencontré l’adhésion que de 36% des visiteurs du site "jim.fr" (site spécialisé dédié aux médecins), tandis que 60% des professionnels de santé interrogés se déclarent opposés à la possibilité d’un tel choix.

jim-on-line.fr 07/09/04

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres