Risques médicaux et consentement dit ”éclairé

Publié le 14 Avr, 2009

Economiste à l’Inserm, Valérie Seror, a, dans un travail sur le dépistage de la trisomie 21 (cf. Synthèse de presse du 08/01/09), étudié la perception des risques médicaux par les patients dont l’éthique médicale demande, de plus en plus, le consentement "éclairé".

Dans son étude, Valérie Seror a "confronté les motivations à l’origine des décisions des pouvoirs publics – qui financent le dépistage de cette maladie – et des femmes enceintes auxquelles cette procédure est proposée".

Depuis 1997, toutes les femmes enceintes se voient proposer, en plus d’une échographie, un dosage sanguin de marqueurs connus pour être associés à une forte probabilité de trisomie du fœtus. Si ces dosages révèlent un certain risque de trisomie, on leur propose de pratiquer une amniocentèse, ce prélèvement de liquide amniotique comportant un risque élevé de fausse-couche. Enfin, si les femmes acceptent l’amniocentèse et si celle-ci confirme la trisomie de l’enfant, elles devront encore choisir entre avorter ou poursuivre leur grossesse.

Quant aux pouvoirs publics, "la question des risques est pensé sur d’autres critères" : "éthiques et économiques". Ils ont fixé le seuil du risque révélé par les marqueurs à partir duquel l’amniocentèse est remboursée en estimant, d’une part, que le risque de fausse-couche par amniocentèse n’était pas supérieur à celui d’avoir un enfant trisomique et, d’autre part, en évaluant le coût de la prise en charge d’un enfant trisomique.

Revenons aux femmes qui sont supposées poser ici un choix "éclairé". L’enquête réalisée par Valérie Seror révèle que si 40% des femmes n’ont pas conscience que le dépistage par échographie et/ou tests sériques peut les engager dans une série de décisions importantes (jusqu’à une interruption médicale de grossesse – IMG), 80% des femmes acceptent l’amniocentèse.

Libération (Corinne Bensimon) 14/04/09

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...
Tennessee : « Il n'existe pas de droit fondamental à un certificat de naissance mentionnant l'identité de genre au lieu du sexe biologique »
/ Genre

Tennessee : « Il n’existe pas de droit fondamental à un certificat de naissance mentionnant l’identité de genre au lieu du sexe biologique »

Une cour d'appel a statué que le Tennessee ne pratiquait pas de discrimination en n'en autorisant pas à modifier la ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres