Rapport « la recherche sur les cellules souches humaines » des Instituts de Recherche en Santé du Canada.

Publié le 25 Mai, 2001

Les Instituts de recherche en santé du canada (IRSC), après avoir publié une étude sur “Recherche sur les cellules souches humaines : la santé dans un cadre éthique“, ont invité l’Organisme catholique pour la vie et la famille (OCVF) à commenter ce document lors de son séminaire annuel sur la biotechnologie. Ce que l’OCVF a accepté “dans un esprit de collaboration et de profond respect envers l’énorme capacité de la science, à venir en aide à l’humanité (…) “. Le texte peut être lu à l’adresse Internet suivante : http://www.cccb.ca/french/
default_f.htm
.

L’OCVF appuie la recommandation de l’IRSC voulant qu’on ne puisse créer et cloner des embryons dans le but d’obtenir des lignées de cellules souches.

 L’Organisation catholique fait sienne la recommandation de l’IRSC d’imposer un moratoire sur le financement des activités suivantes :

les recherches dans le cadre desquelles des cellules souches pluripotentes humaines sont combinées à un embryon animal ;

·les recherches dans le cadre desquelles des cellules souches pluripotentes animales sont combinées à un embryon humain.
A la suite de ses commentaires, l’OCVF indique une série de 11 sujets d’inquiétudes en soulignant que “l’enjeu dont il est ici question dépend avant tout du statut moral de l’embryon”.

L’Organisation catholique rappelle que “par rapport à toute la question de l’utilisation d’embryons humains comme source de cellules souches, il y a ceux qui croient que l’embryon humain est un être à part entière dès l’instant de sa conception, jouissant d’un plein statut moral et d’un droit inaliénable à la vie. De ce point de vue, il est moralement inacceptable d’utiliser des embryons humains à des fins de recherche.  D’autres considèrent qu’un embryon humain aux stades précoces de son développement n’est qu’une agglomération de cellules ayant un statut moral égal à celui de toutes les autres cellules de l’organisme. Une position mitoyenne reconnaît à l’embryon humain un statut moral particulier en raison de sa capacité de produire un être humain. De ce point de vue, l’embryon humain n’a pas le même statut moral qu’une personne et il ne jouit pas d’un droit absolu à la vie. Il a le droit d’être protégé, mais ce droit n’est pas absolu et il est possible d’y déroger, en invoquant par exemple la possibilité d’un bienfait majeur pour d’autres êtres humains et pour la société en général“.

 

Enfin, l’OCVF soutien l’IRSC qui propose “une autre façon de procéder“, signalant en particulier les promesses des “recherches sur l’emploi de cellules souches adultes“, et suggère que l’IRSC “porte ses efforts sur le financement de recherches sur les cellules souches adultes, puisque celles-ci n’impliquent aucune destruction de vie humaine“.

Zenith.org 24/05/01

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

02_ogm_mais
/ OGM

NTG : une nouvelle règlementation en Thaïlande pour augmenter les rendements agricoles

Le ministre de l’Agriculture thaïlandais a approuvé une réglementation autorisant l'usage des nouvelles techniques génomiques ...
Californie : les parents ne seront pas informés si leur enfant change de genre
/ Genre

Californie : les parents ne seront pas informés si leur enfant change de genre

Le gouverneur de Californie a signé une loi visant à interdire l'adoption de règles exigeant que les écoles informent les ...
Stimulation cérébrale profonde : trois Espagnols renoncent à l’euthanasie
/ Fin de vie

Stimulation cérébrale profonde : trois Espagnols renoncent à l’euthanasie

Trois personnes qui avaient demandé l'euthanasie ont changé d'avis après avoir reçu un traitement neurochirurgical expérimental visant à soulager la ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres