Rapport de la Cour des comptes : « les soins palliatifs continuent encore trop souvent d’être un pis-aller »

Publié le : 13 février 2015

Dans un rapport remis hier, la Cour des comptes dressait un bilan sombre du Programme national de développement des soins palliatifs 2008-2012 (cf. Synthèse de presse Gènétique du 12 février 2015). Les carences dans ce domaine relègue la France au 24e rang mondial « en matière de ‘qualité de la mort’ ».

 

Un retard que Claire Fourcade, docteur à la Polyclinique le Languedoc à Narbonne, explique : « La France a une pratique de la médecine palliative qui s’est développée beaucoup plus tardivement et plus lentement que chez nos voisins anglo-saxons. Notre société n’a pas fait le choix (…) d’attribuer à cette discipline des moyens permettant de répondre à l’ensemble des besoins des patients, même si beaucoup a été fait depuis 15 ans. » Ce retard risque de se creuser. En effet, le dernier plan de développement qui s’est achevé en 2012, n’a pas été prolongé.

 

Par ailleurs, Claire Fourcade déplore que « les soins palliatifs continuent encore trop souvent d’être un pis-aller qui ferait suite à l’échec de la médecine curative ». D’autres facteurs s’ajoutent à ce constat, liés aux règles de tarifications : « La médecine palliative est un éloge de la lenteur ce que notre système de soin comme notre société ont du mal à appréhender ».

 

Pour améliorer la diffusion des soins palliatifs, elle souhaite à la fois « qu’on ne multiplie pas les structures qui rendent le dispositif peu lisible », et estime qu’il faut « simplifier le dispositif de prise en charge et donner de nouveaux moyens aux équipes ». Ce qui implique « une volonté politique et des budgets adaptés ».

<p>Figaro.fr (Anne-Laure Debaecker)  12/02/15</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres