Québec: des médecins s’opposent au projet de loi autorisant l’euthanasie

Publié le : 17 octobre 2013

 

 Ce mardi 15 octobre, au Québec, lors d’une conférence de presse, la Coalition des médecins pour la justice sociale (*) s’élève contre le projet de loi 52 du gouvernement du Québec qui vise à autoriser l’aide médicale à mourir (Cf Synthèse de presse Gènéthique du 13 juin 2013). Elle dénonce ce projet « en l’assimilant à un acte d’euthanasie » et prévient que : « les médecins euthanasistes risquent d’être poursuivis au criminel« . En effet, précise le Dr Paul Saba, président de la coalition « une loi provinciale ne peut rendre inopérant le Code criminel fédéral qui interdit de causer la mort d’un autre individu« . 

 

Mais avant tout, « le Dr Saba reproche au gouvernement de favoriser l’euthanasie pour des raisons économiques plutôt que d’investir dans les soins palliatifs« . Ce projet de loi « donne l’apparence qu’il veut économiser de l’argent parce que ça coûte environ 10$ pour piquer quelqu’un à mort et ça coûte des milliers de dollars de donner des soins palliatifs comme il faut et ça coûte des millions et des millions pour donner aux gens ce dont ils ont besoin: des médecins de famille, des soins qui sont nécessaires« , s’insurge-t-il. Il alerte également sur le fait qu’un tel projet pourrait « encourager les jeunes personnes avec des maladies physiques telles que le cancer, ou psychiques telles que la dépression, à abandonner leurs traitements qui pourraient sauver leur vie » alerte-t-il. 

 

Le Dr George Casteur, un médecin Belge invité par la Coalition à la conférence de presse pour décrire les dérives de la loi Belge sur l’euthanasie, a souligné: « Très vite, cette loi [i.e le projet de loi du gouvernement québécois] évoluera vers une pente glissante. Le premier pas, on accepte de mettre dans une loi que quelqu’un qui n’a plus que 24h à souffrir, on peut lui donner la mort. Le deuxième pas c’est: pourquoi quelqu’un qui aurait 24 années à souffrir  n’y aurait pas droit?« . Par conséquent, « selon le Dr G. Casteur, ces dérives sont inévitables avec le temps puisque le mouvement porte toujours vers l’élargissement des critères et non l’inverse« . 

 

(*) Un organisme comprenant des médecins du Québec qui fait la promotion du système de santé public, universel et gratuit

<p> Lapresse.ca (Pierre Saint-Arnaud) 15/10/2013 - radio-canada.ca 15/10/2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres