Propositions pour l’avortement par aspiration hors de l’hôpital

Publié le : 7 avril 2006

Les Drs C. Soulat et M. Gelly* ont analysé les publications sur les différentes formes d’interruption volontaire de grossesse (IVG) et les risques pour les femmes. Ainsi, toutes les études récentes montrent qu’en terme de complications, l’IVG par aspiration sous anesthésie locale serait équivalente à celle sous anesthésie générale et à l’avortement médicamenteuse. Le taux global de complications immédiates (hémorragies, perforations utérines, déchirures cervicales) oscille entre 0,01 et 1,16 %.

En France, rappellent les médecins, l’IVG médicamenteuse est possible en dehors de l’hôpital ce qui n’est pas le cas pour les IVG par aspiration sous anesthésie locale. Au regard des données de la littérature, les médecins préconisent que l’IVG par aspiration sous anesthésie locale soit réalisable hors établissement de santé, comme c’est le cas dans certains pays.

* article publié dans le Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction – Complications immédiates de l’IVG chirurgicale, C. Soulat – M. Gelly, p.157 – 162, Vol 35 – n° 2 – Avril 2006

Le Quotidien du Médecin 06/04/06

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres