Projet de loi bioéthique : « Oui, les chimères ont raison d’effrayer »

Publié le 31 Mai, 2021

Le flou juridique actuel a permis à un chercheur français de créer des embryons chimériques singe-homme. A l’inverse des messages diffusés dans les médias, Lucie Pacherie, juriste et expert Gènéthique, réaffirme : « Oui, les chimères ont raison d’effrayer ».

Le flou juridique

Actuellement, la loi française interdit la création d’embryons chimériques [1]. Mais, n’étant assortie d’aucune sanction pénale, l’application de cette ligne rouge est limitée. En outre, la loi ne les définit pas et ne fait pas référence à leur caractère humain, désolidarisant ces recherches de celles menées sur l’embryon humain. Enfin, selon le Conseil d’Etat, seules les embryons chimériques homme-animal, c’est-à-dire l’adjonction de cellules animales dans un embryon humain, seraient concernés. Ce flou juridique laisserait donc la porte ouverte aux recherches sur les embryons chimériques animal-homme, résultant de l’adjonction de cellules humaines dans un embryon animal.

Le projet de loi bioéthique, qui sera de nouveau débattu en juin, prévoyait dans sa version initiale de trancher en autorisant les embryons chimériques animal-homme.

Des expériences déjà menées en France et un message de « dédiabolisation »

Sans attendre le vote de ce texte et profitant de la situation indéterminée, l’équipe Inserm de Pierre Savatier mène des expériences sur des chimères singe-homme. Accueilli comme expert car premier à franchir la ligne rouge dans notre pays, il diffuse dans divers journaux « un message de dédiabolisation des chimères ». Un discours « scientiste » dénoncé par Lucie Pacherie, juriste à la Fondation Jérôme Lejeune et expert Gènéthique : « M Pierre Savatier présente le mélange animal-homme en évitant de montrer l’objectif qui effraie : développer des organes humains dans des animaux. Il invoque des bénéfices pour la procréation médicalement assistée qui ne supportent aucune critique. Il n’expose pas de justification scientifique claire. (…) il va jusqu’à présenter les chimères comme l’alternative éthique à la recherche sur l’embryon humain. Lui qui a obtenu dernièrement de l’Agence de la biomédecine l’autorisation de rechercher, et donc de détruire, 200 embryons humains » [2]. Or, loin d’être une alternative à la recherche sur l’embryon humain, la recherche sur les embryons chimériques peut impliquer la destruction d’embryons humains : de ces derniers sont obtenus les cellules souches embryonnaires humaines qui sont adjointes aux embryons animaux [3].

Pourquoi s’y opposer ?

Différencier les recherches sur les embryons chimériques animal-homme de celles sur les embryons chimériques homme-animal, pour justifier les unes et condamner les autres, est « un leurre » dénonce par ailleurs Lucie Pacherie. Car « les chimères animal-homme contribueront au sacrifice d’embryons humains. Et en actant le principe du chimérisme, elles légitimeront les chimères homme-animal ».

Enfin, ces recherches se heurtent à plusieurs problèmes techniques, et ne sont pas concluantes lorsqu’elles ne mélangent « que » deux espèces animales. La « rigueur scientifique » n’impose-t-elle pas dès lors d’apporter une preuve de réussite chez l’animal avant de « revendiquer le passage à l’homme » ?

« L’embryon humain ne peut continuer à rester le cobaye des fantasmes de certains scientifiques qui mettent en jeu l’avenir de notre propre espèce, plaide Lucie Pacherie. Alors, oui les chimères ont raison d’effrayer : leur légalisation aggraverait le bricolage de l’humain et la déshumanisation de son être, à certains moments de sa vie, pour des raisons purement utilitaires. C’est pourquoi il faut s’y opposer ».

[1] Article 40 loi n°2011-814 du 7 juillet 2011 relative à la bioéthique qui complète l’article L.2151-2 du CSP

[2] La Croix, 24 mai 2021 : Chimères : une dédiabolisation utilitaire qui abîme l’humanité

[3] Il peut aussi s’agir de cellules souches pluripotentes induites, avec lesquelles Pierre Savatier a travaillé pour obtenir des chimères singe-homme.

Cet article de la rédaction Gènéthique a été initialement publié sur Aleteia sous le titre : Projet de loi bioéthique : « Oui, les chimères ont raison d’effrayer »

Partager cet article

Synthèses de presse

Italie: selon le tribunal d’Ancône il existe un "droit au suicide"
/ Fin de vie

Italie: selon le tribunal d’Ancône il existe un “droit au suicide”

Le tribunal d'Ancône interprète un arrêt de la cour constitutionnelle dépénalisant l'aide au suicide comme un droit personnel au suicide ...
Australie: Marie Stopes International ferme des cliniques d'avortement
/ IVG-IMG

Australie: Marie Stopes International ferme des cliniques d’avortement

Dans la région du Queensland, les cliniques d’avortement n’étant plus « financièrement viables », fermeront en juillet ...
10_open_data
/ E-santé

Neuf applications de santé sur dix récoltent les données de leurs utilisateurs

Une étude révèle de « graves problèmes de protection de la vie privée et des pratiques de protection de la ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres