Procès pour la cause de béatification du professeur Jérôme Lejeune

Publié le 11 Avr, 2012

C’est hier, le 11 avril 2012, que s’est déroulée la cérémonie de clôture de l’enquête diocésaine pour la cause de béatification du professeur Jérôme Lejeune.
Le professeur, qui a découvert l’origine de la trisomie 21 en 1958, a été nommé en 1994 Président de l’Académie pontificale pour la vie.
Pour Marie-Odile Réthoré, généticienne  à la fondation Lejeune, le professeur "était un médecin à l’ancienne, qui considérait les humains avant que la médecine ne devienne technicienne".
La journaliste précise que celui-ci ne parlait d’ailleurs pas de patients mais de personnes, et qu’il se concentrait toujours à exprimer aux familles d’enfants handicapés "ce que leur enfant serait capable de faire, avant de lister ses limites. Pour lui, c’était un choix qui interrogeait la capacité de la société à accepter la différence".
Enfin, pour le postulateur de sa cause de béatification, Jean-Charles Nault, Jérôme Lejeune "a montré qu’il n’y avait aucune contradiction entre foi et science. Pour cela, il a accepté beaucoup de renoncement". La procédure de béatification est donc une manière pour l’Eglise catholique, "de rappeler un point de sa doctrine non négociable selon Benoît XVI: la défense de la vie du début à la fin, en particulier celle des plus fragiles".

La Vie (Marie-Lucile Kubacki) 12/04/12

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur
/ Transhumanisme

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur

Un Américain handicapé a commencé à utiliser une fonction d’intelligence artificielle pour l’aider à communiquer à une vitesse « conversationnelle » ...
Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres