Prise en charge contraceptive obligatoire pour l’employeur : l’administration Trump prend position

Publié le : 9 octobre 2017

L’administration du Président Trump a annulé vendredi, au nom des « convictions religieuses et morales », « une disposition de la loi « Obamacare » qui obligeait les employeurs à prendre en charge les mesures de contraception dans la couverture santé de leurs employées ».

 

Alors que les institutions religieuses étaient déjà exemptées (cf. Etats-Unis : les congrégations religieuses exemptées de l’Obamacare), cette mesure élargit l’exemption aux « entreprises commerciales ». Mais en 2014 déjà, la Cour suprême avait donné raison à « deux entreprises qui refusaient, au nom de leurs convictions religieuses, de se conformer à la loi Obamacare sur certains moyens de contraception ».

 

Sarah Huckabee Sanders, porte-parole de la Maison Blanche, a déclaré que « le président estime que la liberté de pratiquer sa foi est un droit fondamental dans ce pays et c’est ce dont il s’agit aujourd’hui ».

 

Cette nouvelle disposition s’inscrit dans une politique de distanciation des lois fédérales avec l’avortement (cf. Aux Etats-Unis, la législation sur l’avortement évolue).

 

Voir aussi :

Une nouvelle directrice pour le planning familial américain

USA : les Etats peuvent interdire le financement public des avortements

Le Sénat américain vote la fin des financements publics du Planning familial

Face à Donald Trump, l’Union Européenne s’entête à faire de l’avortement un enjeu majeur

 

<p>AFP (06/10/2017)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres