Prélèvement d’organes : le pape demande une définition de la mort

Publié le : 4 février 2005

Le pape Jean-Paul II a adressé une question délicate à un groupe d’étude de l’Académie Pontificale des Sciences sur "les signes de la mort" à laquelle il lui demande de répondre et réfléchir : "comment une personne peut-être vraiment considérée comme morte ?". Environ 40 % des membres qui constituent cette Académie un reçu un Prix Nobel.

Du point de vue de l’anthropologie chrétienne, le pape a expliqué que la mort consistait à la perte de l’unité du corps et de l’esprit. Ainsi définie, la mort ne peut être déterminée par aucune technique scientifique ou méthode empirique. Par conséquent, il a rappelé que les greffes d’organes nécessitent la "certitude morale" de "la mort clinique". Pour Jean-Paul II, c’est "aux médecins de donner une définition claire et précise de la mort et du moment de la mort d’un patient tombé dans un état d’inconscience".

Zenit 04/02/05

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres