Polémique sur le remboursement des FIV au Royaume Uni

Publié le : 1 mars 2016

Au Royaume Uni, le groupe Somerset Clinical Commissioning a annoncé un changement de sa politique en matière de PMA : seul un cycle de FIV sera remboursé par la NHS, et les demandes de personnes dont un partenaire a un enfant d’une relation antérieure ou actuelle ne seront plus prises en charge. Ces nouveaux critères entreront en vigueur dès le mois d’avril. Le groupe a précisé que ces mesures visaient à restreindre le temps d’attente des couples stériles.

 

Cette décision va à l’encontre des recommandations du National Institute for Health and Care Excellence, révisées en 2013, qui préconisent trois cycles de FIV aux couples admissibles dont la femme est âgée de moins de 40 ans. Ces nouvelles recommandations ne sont pas contraignantes, mais une clinique doit se justifier « clairement » lorsqu’elle décide de ne pas les suivre.

 

L’association Fertility Fairness, qui milite pour l’égalité d’accès à la PMA au Royaume Uni, s’est plainte des disparités d’accès selon les régions. Depuis 2013, de plus en plus de cliniques choisissent de ne rembourser qu’un cycle de FIV, notamment dans le sud-ouest du pays.

Par ailleurs, une enquête publiée début février révèle qu’un tiers des médecins généralistes anglais estiment que le NHS ne devrait pas financer les cycles de FIV. L’un des médecins interrogé a déclaré : « Il s’agit d’un sujet très complexe, mais je ne pense pas que l’infertilité soit une maladie. (…) Je suis préoccupée de voir des couples qui pensent qu’avoir un enfant est un droit ».

 

Les trois quarts des professionnels interrogés ont appelé à un débat public sur cette question, alors que le NHS doit réaliser 22 milliards de livres d’économies au cours des cinq prochaines années.

<p>Bionews (29/02/2016)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres