PMA : les cycles de FIV et les IIU en augmentation dans toute l’Europe

Publié le 9 Juil, 2024

Selon les données préliminaires du ESHRE [1] European IVF Monitoring (EIM) Consortium, les cycles de traitement par fécondation in vitro (FIV) et les inséminations intra-utérines (IIU) ont augmenté dans toute l’Europe en 2021 (cf. Rapport de l’ABM : 162.411 tentatives de PMA en 2021, 27.609 naissances). Les chiffres ont été présentés le 8 juillet, lors de la 40ème réunion annuelle de l’ESHRE à Amsterdam. Il s’agit de la plus grande collecte de données sur la procréation médicalement assistée (PMA) en Europe.

En 2021, 1 103 633 cycles de procréation assistée ont été déclarés par 1 382 cliniques dans 37 pays européens, correspondant à une augmentation de 20% par rapport aux 919 364 cycles déclarés l’année précédente (cf. PMA : la procréation vise la productivité).

Parmi les 1 103 633 cycles déclarés, il y a eu 153 191 FIV et 418 069 injections intracytoplasmiques de spermatozoïdes (ICSI). Dans 368 464 cas, des embryons congelés ont été transférés (cf. Embryons congelés : le casse-tête des cliniques, le dilemme des parents). En outre, ces différentes procédures ont fait appel au don d’ovocyte pour 79 510 d’entre elles, et à la maturation d’ovocytes in vitro dans 415 cas (cf. Iris : premier bébé français né après MIV (maturation in vitro de l’ovocyte)). Pour 78 432 cycles, un diagnostic préimplantatoire a été pratiqué.

En ce qui concerne les inséminations intra-utérines, 148 194 procédures ont été réalisées avec le sperme du partenaire au sein de 31 pays et 48 583 IIU avec le sperme d’un donneur dans 23 pays. Par ailleurs, les scientifiques ont recensé, dans 15 pays européens, 28 768 interventions de « préservation de la fertilité » comprenant la mise en banque d’ovocytes, de tissus ovariens, de sperme et de tissus testiculaires (cf. PMA : beaucoup de femmes n’utilisent pas leurs ovocytes congelés).

Les chiffres montrent également que le taux de grossesse par transfert a très légèrement augmenté, passant de 33,2% en 2020 à 33,5% en 2021 pour les FIV et de 33 à 33,5% pour les ICSI. L’augmentation est légèrement plus importante pour les transferts d’embryons congelés de la patiente (37% contre 36%). Par ailleurs un taux de grossesse de 53,1% a pu être obtenu en 2021 pour les transferts d’embryons frais, fabriqués à partir de dons d’ovocyte. Il était de 51,3% l’année précédente.

Ces données refléteraient l’augmentation de 3,98% des procédures où un seul embryon est transféré. Elles ont représenté 60,5% des cas en 2021. Au total, les grossesses qui ont abouti ont permis la naissance d’un enfant pour 90,4% d’entre elles. Dans 9,5% des cas elles ont donné des jumeaux et des triplés pour 0,1% des naissances. En 2020 ces chiffres étaient de 88,9%, 10,9% et 0,2% respectivement.

 

[1] European Society of Human Reproduction and Embryology

Source : Medical Xpress (08/07/2024)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Changement de genre chez les mineurs : la WPATH « coupable » d’une « fraude scientifique majeure et inqualifiable »
/ Genre

Changement de genre chez les mineurs : la WPATH « coupable » d’une « fraude scientifique majeure et inqualifiable »

La WPATH a recommandé la prescription de « bloqueurs de puberté » et d’hormones du sexe opposé, sans attendre les conclusions ...
Don d’organes en Europe : une priorité de la présidence hongroise
/ Don d'organes

Don d’organes en Europe : une priorité de la présidence hongroise

Plusieurs mesures sont envisagées : augmenter les échanges transfrontaliers, le recours aux donneurs « marginaux » ou la généralisation du consentement présumé ...
Royaume-Uni : pas de hausse importante des suicides depuis la restriction des bloqueurs de puberté
/ Genre

Royaume-Uni : pas de hausse importante des suicides depuis la restriction des bloqueurs de puberté

Selon un rapport indépendant, le taux de suicide n'a pas fortement augmenté depuis que le NHS a restreint l'accès aux ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres