PMA en Italie : réactions après la décision de la Cour constitutionnelle

Publié le 6 Avr, 2009

Après la décision, jeudi dernier, de la Cour constitutionnelle italienne qui a censuré une disposition de la loi de 2004 sur la procréation médicalement assistée (PMA) qui limitait à trois le nombre d’embryons conçus et devant être implantés (cf. Synthèse de presse du 03/04/09), de nombreuses réactions se sont faites entendre.

Mgr Sgreccia, président d’honneur de l’Académie pontificale pour la Vie, s’est inquiété des conséquences de cette décision, évoquant le spectre d’une dérive eugénique. "Sans limites, il est clair qu’un nombre beaucoup plus important d’embryons sera sacrifié. Le médecin pourra être tenté de les sélectionner", a déclaré Mgr Sgreccia, rappelant que l’Eglise déconseillait aux femmes d’avoir recours à la PMA.

Pour le quotidien italien l’Avvenire, la suppression de la limitation est "préoccupante" et il s’interroge sur le sort "des embryons qui ne seront pas implantés".

Selon les chiffres du ministère de la Santé, l’implantation obligatoire de trois embryons a entrainé un nombre de triplés en Italie (2,7%) nettement plus élevé que la moyenne européenne (0,8%) et qu’avant l’entrée en vigueur de la loi (1,8%).

Romandie News 02/04/09

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...
Tennessee : « Il n'existe pas de droit fondamental à un certificat de naissance mentionnant l'identité de genre au lieu du sexe biologique »
/ Genre

Tennessee : « Il n’existe pas de droit fondamental à un certificat de naissance mentionnant l’identité de genre au lieu du sexe biologique »

Une cour d'appel a statué que le Tennessee ne pratiquait pas de discrimination en n'en autorisant pas à modifier la ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres