PMA : des traitements inutiles pour attirer les clients

Publié le 26 Avr, 2021

Une étude publiée par The Lancet révèle que la technique de l’ICSI[1] conçue pour des couples dont l’homme produit un faible nombre de spermatozoïdes est désormais « la principale méthode » de fécondation in vitro utilisée par les cliniques en Australie et en Nouvelle-Zélande, « même lorsque le nombre de spermatozoïdes est normal ». L’étude réalisée sur plus d’un millier de couples infertiles montre pourtant que cette technique « coûteuse » n’augmente pas le taux de succès de la fécondation in vitro en présence d’un nombre « normal » de spermatozoïdes.

Le boom d’utilisation de la technique

Aux Etats-Unis, entre 1996 et 2012, le recours à l’ICSI est passé de 15 % à 67 % pour les couples en parcours de PMA dont l’homme a un nombre normal de spermatozoïdes. En Europe, « environ 70 % des cycles » mettent en œuvre une ICSI. En Australie, ce sont 60 % des cycles qui y ont fait appel en 2018, bien que « seulement 30 % des couples infertiles présentent une infertilité masculine et 15 % une infertilité masculine sévère ». Un taux qui peut varier entre 34 % et 89 % selon les cliniques du pays.

Objectif rentabilité

Bien que « les coûts varient d’une clinique à l’autre », l’ICSI est « environ 500 A$[2] plus chère » que la fécondation in vitro « standard ». En Australie et en Nouvelle-Zélande, les fécondations in vitro sont « très majoritairement » pratiquées dans le secteur privé. Alors, « les médecins et les cliniques se font concurrence pour attirer les patients, proposant souvent des thérapies non éprouvées ».

 

[1] injection intracytoplasmique de spermatozoïdes

[2] Environ 320 euros

Source : The Conversation, Robert Norman et Ben W. Mol (23/04/2021) – Photo : iStock

Partager cette article

Synthèses de presse

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

Editas Medicine mène un essai clinique sur des patients atteints d’amaurose congénitale de Leber, dans l’espoir de leur rendre la ...
Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Le petit Keyo Blue, atteint de trisomie 18, a vécu pendant 10 heures après une interruption médicale de grossesse ...
Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Dans le cadre d'un essai clinique Jérémy Hage a a reçu cœur artificiel, retiré au profit d'un greffon naturel au ...