Pays-Bas : forte hausse des euthanasies en 2020

Publié le 26 Avr, 2021

Aux Pays-Bas, 6 938 décès par euthanasie ont été recensés en 2020, soit une augmentation de 9% par rapport à 2019. Un chiffre qui n’avait jamais été atteint. Les euthanasies ont ainsi représenté 4,12% de l’ensemble des décès de l’année. Deux procédures n’ont pas été jugées conformes aux exigences légales selon les comités d’examen régionaux.

Un garçon entre 12 et 16 ans a été euthanasié en 2020, ce qui porte à 16 le nombre d’enfants euthanasiés depuis 2002. Deux personnes ont été euthanasiées dans le cadre de la décision de la Cour suprême autorisant la sédation « subreptice » d’une personne atteinte de démence, « afin de s’assurer de la non-résistance à l’euthanasie « demandée » dans une directive avancée ».

Pour 7% des suicides assistés par ingestion orale d’une substance létale, la mort a été « retardée » et « le médecin a administré les produits euthanasiques par voie intraveineuse ».

Des motifs divers

Pour quatre personnes, « le fait d’avoir contracté le coronavirus a joué un rôle dans leur demande de mort assistée », quand 235 personnes ont invoqué « un ensemble de troubles liés à l’âge ». Une proposition de loi visant à autoriser l’euthanasie des personnes âgées de plus de 75 ans « sans raison médicale » fait l’objet de controverses.

La démence « a été un facteur dans 2% des décès ». Pour 88 euthanasies, la raison est le « désespoir ». Une femme de plus de 60 ans atteinte d’une déficience intellectuelle a été euthanasiée pour dépression.

Les médecins généralistes réalisent eux-mêmes plus de 80 % des euthanasies.

 

Sources : Dutch News, Senay Boztas (23/04/2021) ; BioEdge, Richard Egan (25/04/2021) – Photo : Pixabay

Partager cette article

Synthèses de presse

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

Editas Medicine mène un essai clinique sur des patients atteints d’amaurose congénitale de Leber, dans l’espoir de leur rendre la ...
Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Le petit Keyo Blue, atteint de trisomie 18, a vécu pendant 10 heures après une interruption médicale de grossesse ...
Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Dans le cadre d'un essai clinique Jérémy Hage a a reçu cœur artificiel, retiré au profit d'un greffon naturel au ...