ONU : 25 ans de la conférence de Pékin sur les femmes

Publié le : 2 octobre 2020

Jeudi, l’ONU organisait une réunion virtuelle pour « marquer le 25e anniversaire de la Conférence internationale de Pékin sur les femmes tenue en 1995 ». Cent soixante-dix pays y ont « permis de faire davantage pour les droits des femmes » (cf.« Pékin + 10 » : débat sur la santé de la reproduction). Lors de ce sommet, la Chine a annoncé « débloquer 10 millions de dollars pour l’agence ONU femmes » sur les cinq prochaines années, et proposé la tenue en 2025 d’une « autre réunion mondiale des dirigeants sur l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes  ». De son côté, la représentante des Etats-Unis a dénoncé le « meurtre de millions de fillettes [en Chine] par le biais de contrôles démographiques brutaux à une échelle industrielle, malheureusement avec le soutien des agences de l’ONU. Aujourd’hui, [le parti communiste chinois] attaque l’ethnie des Ouïghours et d’autres minorités musulmanes en appliquant ces mêmes contrôles de population sur ces minorités vulnérables, soumettant les femmes à la stérilisation obligatoire, à l’avortement forcé et au contrôle des naissances obligatoire » (cf. Chine : contrôle des naissances Ouïghours pour un « génocide démographique »). Côté français, Emmanuel Macron a annoncé la tenue d’ « un forum international sur les femmes à Paris en juin 2021 avec le concours du Mexique ».Il a par ailleurs déploré les « attaques » contre les « droits des femmes », citant notamment l’avortement : « Des progrès acquis de haute lutte sont remis en cause jusque dans nos démocraties, à commencer par la liberté pour les femmes de disposer de leur propre corps et en particulier le droit à l’interruption volontaire de grossesse » (cf.L’avortement ne pourra jamais être un « droit fondamental », ni une « liberté »).

Source : AFP (1/10/2020)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres