One of us : L’avenir de l’embryon en Europe suspendu à la décision de la Commission

Publié le : 27 mai 2014
Grégor Puppinck, président du Comité « One of Us » adresse une dernière demande à la Commission européenne avant qu’elle ne se prononce, demain mercredi 28 mai, sur l’Initiative Citoyenne Européenne (ICE), dont les représentants avaient été auditionnés devant les institutions européennes le mois dernier.

« La plus grande pétition de l’histoire européenne » demande l’arrêt des financements européens de toute pratique détruisant des vies humaines avant la naissance. Grégor Puppinck précise que cet outil démocratique est prévu dans le traité de Lisbonne. Ce mécanisme de l’ICE requiert un contrôle en amont par la Commission. Or « l’actuelle Commission prétend en outre détenir un droit de véto en aval, à l’encontre des initiatives ayant pourtant obtenu avec succès le soutien populaire requis ». Pour lui, si la Commission ne donnait pas une suite favorable à cette ICE du fait d’un pouvoir de veto, alors Bruxelles montrerait à voir un « simulacre de démocratie participative », d’autant plus malvenu selon lui au lendemain des élections du 25 mai qui ont marqué le désaveu des citoyens face à des structures jugées technocratiques.

A quelques jours de la décision de la Commission, l’Homme Nouveau édite un hors série dédié à l’embryon : « Vers l’homme artificiel ? L’embryon, du mystère à la manipulation », replacé dans le cadre de la « bataille menée à travers toute l’Europe » pour obtenir la protection de l’embryon humain.

 

<p>Figaro Vox (Grégor Puppinck) 26/05/2014 – L’Homme Nouveau (Adélaïde Pouchol) 24/05/2014 </p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres