Nouvelle manipulation d’ADN

Publié le : 9 avril 2002

Des chercheurs américains, de l’Université du Minnesota (Minneapolis, USA), ont donné naissance à une souris génétiquement modifiée grâce à une manipulation d’ADN inédite sur un vertébré. Les chercheurs ont injecté à l’œuf fécondé un morceau d’ADN contenant un transposon, une séquence capable de se déplacer dans le génome, associé à un gène codant pour un pelage jaune. Une enzyme a été ajoutée pour activer la mobilité de ce vecteur d’un genre nouveau. Cette nouvelle technologie devrait permettre de créer une grande variété d’animaux transgéniques à partir d’une unique et simple insertion d’un morceau d’ADN étranger.

 

Jusqu’à maintenant, l’utilisation d’un virus modifié capable d’insérer un morceau d’ADN dans un génome pour transformer un embryon aboutit généralement à la naissance d’un individu « chimère », c’est à dire que toutes les cellules n’expriment pas le nouveau gène. La technique par transposon ne présenterait pas cet inconvénient et il est possible que le transposon s’insère dans des régions du génome jusqu’ici inaccessibles aux retrovirus. 

 

David Largaespada, directeur de l’équipe, espère « que cette technique aidera à soigner des maladies comme l’hémophilie » en travaillant au transfert de gènes directement dans des cellules du corps, dans le foie ou les poumons. 

<p>Sciencesetavenir.com 04/02/02</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres