Nick Loeb n’obtient pas la garde de ses embryons congelés

Publié le : 3 février 2021

En 2013 aux Etats-Unis, alors qu’ils étaient encore ensemble, l’actrice Sofia Vergara et son compagnon, Nick Loeb ont conçu des embryons par fécondation in vitro (FIV) pour tenter d’avoir un enfant. Le contrat stipule « qu’aucune des deux parties ne pouvait les utiliser sans le consentement de l’autre ».

La première tentative de FIV échoue. Lors de la seconde tentative, ils consentent à une clause détaillant les conditions de  « stockage » et d’ « élimination de matériel cryoconservé pouvant inclure des embryons ». Celle-ci précise que si l’un des deux partenaires meurt, les embryons restants seront décongelés.

Au printemps 2014, le couple se sépare. En 2015, Nick Loeb, 45 ans, intente un procès à son ancienne partenaire pour tenter de faire naître, via une mère porteuse, les deux embryons féminins qu’ils avaient « fabriqués » en 2013. En 2017, Sofia Vergara a intenté une action en justice pour empêcher Nick Loeb d’utiliser les embryons sans son consentement.

Dans le cadre du procès en Louisiane, Sofia Vergara est poursuivie par ses deux embryons congelés. Dans ce procès inhabituel, les embryons ont reçu les noms d’Emma et d’Isabella et ont été inscrits sur la liste des plaignants. Ils demandent à être confiés à leur père naturel, Nick Loeb, « qui est désireux de les faire naître », selon les termes du procès. Dans son arrêt du 27 janvier 2021, la cour d’appel vient de rejeter la demande des « plaignants ».

Pour l’heure, Nick Loeb a déclaré que, bien qu’il se concentre sur la sortie du film Roe v. Wade, qu’il a co-écrit et réalisé, lui et son équipe allaient « faire appel » de la décision devant la Cour suprême de Louisiane.

Source : Fox news, Nate Day (03/02/2021) ; Daily Mail, Tracy Wright (02/02/2021)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres