« New Breeding Techniques » : vers l’utilisation de « nouveaux OGM » qui ne disent pas leur nom ?

Publié le 30 Mar, 2021

Le 18 mars, l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) a auditionné « une quinzaine de personnalités » sur « les avantages, les limites, et l’acceptabilité » de nouvelles techniques de sélection végétale (New Breeding Techniques ou NBT). Ces techniques « permettent de modifier le génome d’une plante sans intégrer de gène d’une autre espèce », en faisant appel à des outils tels que les « ciseaux génétiques » Crispr-Cas9.

Cette audition intervient alors que la Cour de justice européenne avait jugé dans un arrêt du 25 juillet 2018 que ces nouvelles techniques de sélection végétale « doivent être encadrées par la directive réglementant les OGM ». Une décision confirmée par le Conseil d’État le 7 février 2020. Pourtant, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie affirmait le 18 janvier 2021 que « les NBT ne sont pas des OGM mais des technologies qui permettent d’accélérer la sélection végétale ».

Des avis controversés

Pour les promoteurs des NBT, ces techniques sont « stratégiques », afin d’accélérer la sélection « de nouvelles variétés adaptées au changement climatique et résistantes aux maladies ». A l’opposé, les détracteurs alertent contre « une intervention artificielle de l’homme qui doit être étroitement contrôlée », notamment « parce qu’on n’a pas de recul sur les effets de cette intervention ».

Les modifications génétiques « sont censées être très précises, explique Suzanne Dalle, chargée de campagne agriculture chez Greenpeace France. Mais on n’a aucune garantie qu’il n’y ait pas de modification du génome à d’autres endroits car il n’y a pas de séquençage de génome en entier : en dehors de la zone du ciseau, les chercheurs travaillent par modélisation ». Et il existe un risque « de voir l’ensemble des semences brevetées et de perdre la souveraineté alimentaire ».

Des expérimentations en cours, l’intérêt des industriels

« Plus de 50 espèces végétales comme le blé ou la vigne font l’objet de telles expérimentations », indique Fabien Nogué, directeur de recherche à l’Inrae et responsable de l’équipe Réparation de l’ADN et ingénierie des génomes. « Architecture des racines pour le coton, augmentation de la taille des grains de riz, conservation des pommes de terre, résistance des orangers aux bactéries… », des expérimentations qui « ont lieu surtout en Chine et aux États-Unis ».

Pour promouvoir les NBT, la Fondation Bill et Melinda Gates a versé 1,3 millions d’euros à Re-Imagine Europa, un groupe de réflexion européen. L’ambition : « travailler sur la façon dont les nouvelles technologies pourraient nous aider à réaliser cette vision d’un nouveau système agricole plus durable. »

L’OPECST doit publier un rapport sur le sujet au mois d’avril et un rapport de la Commission européenne est également prévu fin avril. En effet, « le Conseil de l’Union européenne (UE) a demandé à la Commission une étude sur les conséquences de la décision de la Cour de justice de l’UE de 2018 ».

 

Sources : Ouest France, Xavier Bonnardel (19/03/2021) ; Le Figaro, Anne-Laure Frémont (30/03/2021) ; Reporterre, Marie Astier et Magali Reinert (29/03/2021) – Photo : Pixabay

Partager cette article

Synthèses de presse

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

Editas Medicine mène un essai clinique sur des patients atteints d’amaurose congénitale de Leber, dans l’espoir de leur rendre la ...
Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Le petit Keyo Blue, atteint de trisomie 18, a vécu pendant 10 heures après une interruption médicale de grossesse ...
Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Dans le cadre d'un essai clinique Jérémy Hage a a reçu cœur artificiel, retiré au profit d'un greffon naturel au ...