Née sans une partie du cerveau, elle développe des capacité de lecture « supérieures à la moyenne »

Publié le : 17 février 2020

Née il y a 18 ans sans une partie du cerveau, une poche de liquide ayant pris la place de l’hémisphère gauche, une jeune femme, hémi-hydranencéphalique, a développé des capacités de lecture et un QI « supérieurs à la moyenne ». Les tests menés sur son activité cérébrale montrent que « le côté droit de son cerveau a repris certaines des fonctions dont s’occupe généralement l’hémisphère gauche ». Son cerveau s’est « adapté pour compenser le tissu manquant ».

 

Les chercheurs ont de plus constaté que le développement de ses capacités linguistiques ne s’est pas fait « au détriment d’autres compétences cognitives », que son QI se situait dans une catégorie « moyenne à élevée » et qu’elle possédait « des compétences spatiales typiques ». Elle est par ailleurs « exceptionnellement douée aux tests de mémoire à court terme ». A quoi les chercheurs concluent que « l’hémisphère droit de C1 s’est adapté pour assumer certaines des fonctions habituellement gérées par le côté gauche, comme le traitement du langage par exemple ».

 

Aujourd’hui la jeune femme peine encore à déplacer le « côté droit de son corps » mais « semble être bien dans la vie en général et a réussi ses examens scolaires ».

<p>Trust my science, Stephanie Schmidt (13/02/2020)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres