Naissance d’une souris par parthénogenèse ?

Publié le 31 Mar, 2004

Après le clonage, la gynogénie

Une équipe de chercheurs japonais vient d’annoncer la naissance d’une souris issue de cellules provenant de deux souris femelles1: son génome est composé de deux jeux de chromosomes d’origine maternelle, un jeu prélevé dans un ovule “normal” et un jeu provenant d’un ovule d’une autre souris génétiquement modifiée. Cette technique a été baptisée “gynogénie”; certains parlent de parthénogenèse.

 

S’agit-il de parthénogenèse ?

Normalement, les mammifères n’ont pas la possibilité de se reproduire sans le concours d’un mâle. Tout se passe comme si les gènes présents sur les chromosomes maternels et ceux portés par les chromosomes paternels ont des rôles différents et complémentaires, absolument nécessaires au développement embryonnaire. Ce phénomène est une manifestation de l’empreinte parentale. C’est cette empreinte génomique que Tomohiro Kono a tenté de court-circuiter dans l’espoir de mettre au monde la première souris parthénogénique. Pour cela le chercheur a utilisé une femelle souris génétiquement modifiée. L’animal a subi un véritable travestissement l’amenant à afficher, en dépit de son sexe, un patrimoine génétique ressemblant à celui d’un mâle. Les scientifiques ont prélevé un jeu de chromosomes dans un ovule de cette souris et ont implanté ce matériel génétique “asexué” dans un ovule mature d’une souris normale. Deux souris ont ainsi vu le jour.

 

Si ce travail constitue une prouesse technique, on ne peut en effet pas dire qu’il s’agisse de parthénogenèse dans la mesure où les noyaux reconstruits comportent les génomes de deux animaux distincts “ souligne Andras Paldi, épigénéticien au Généthon d’Evry. En revanche cette expérience confirme ” le rôle majeur de l’empreinte génomique parentale dans l’impossibilité de créer un mammifère sans fécondation ” ajoute t-il.

 

Il est désormais clair que l’empreinte fonctionne chez les mammifères comme une sorte de verrou qui empêche la reproduction asexuée” estime Jean-Pierre Ozil, spécialiste de l’activation ovocytaire à l’Institut national de la recherche agronomique “mais on est encore loin de savoir s’il existe un moyen de la contourner pour aboutir, sans féconder un ovocyte par une autre cellule femelle, à une véritable parthénogenèse“. 

 

 

1 – Nature, 22 avril 2004

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur
/ Transhumanisme

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur

Un Américain handicapé a commencé à utiliser une fonction d’intelligence artificielle pour l’aider à communiquer à une vitesse « conversationnelle » ...
Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres