Naissance du premier bébé après séquençage complet de son génome

Publié le : 31 juillet 2013
Le premier bébé dont le génome a été intégralement séquencé est né le 18 mai dernier à Philadelphie. Une nouvelle technique de fécondation in vitro (FIV) qui inclut un séquençage de l’ADN « permet aux futurs parents de choisir l’embryon qui présente le moins de risques d’anomalies génétiques« . D’où le titre de l’article du Point.fr « Connor, premier bébé aux gènes ‘parfaits’ « .
 
Pour parvenir à ce résultat, le centre de recherche biomédicale d’Oxford a procédé de la manière suivante: « En à peine 24 heures – grâce à une recherche embryonnaire accélérée-, les embryons en meilleure santé sont sélectionnés« . Ajouté à l’argument du taux de grossesses menées à terme qui serait meilleur comparé à une FIV classique (c’est-à-dire un examen visuel de l’embryon sans séquençage de son ADN), les spécialistes n’hésitent pas à mettre en avant l’argument économique en précisant que cette procédure « est estimée 33% moins chère que celle couramment utilisée« . 
 
Mais l’utilisation d’une telle technique n’est pas sans inquiéter. Lors du séquençage de l’ADN, l’équipe de l’université d’Oxford a recherché les anomalies chromosomiques telles que la trisomie 21 ou encore le syndrome de Turner. Bien que cette pratique soit contrôlée en Grande-Bretagne, elle peut, dans les faits, conduire à de nombreuses dérives. Ce que confirme le chercheur Dagan Wells, à l’origine de cette technique de séquençage: « il y a […] une possibilité de chercher une quantité d’informations sans précédent sur l’embryon avant son transfert dans l’utérus« . 
 
<p> Lepoint.fr 30/07/2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres