Merck obtient un brevet canadien pour la technologie CRISPR

Publié le : 26 octobre 2017

Merck, entreprise pharmaceutique et chimique allemande, a reçu un « avis d’acceptation » de l’office canadien des brevets pour sa demande concernant « sa technologie CRISPR utilisée sur les cellules eucaryotes[1] ». La société « collabore avec la communauté scientifique internationale pour trouver de nouveaux traitements de maladies » et bénéficie d’une expérience de 12 années dans le domaine de la modification du génome. Pour « orienter les recherches auxquelles elle participe, notamment celles concernant ou utilisant la modification du génome », la compagnie s’est dotée d’un comité consultatif de bioéthique. Elle a déjà reçu un brevet dans le même domaine par les offices européen et australien, et a déposé une demande aux Etats-Unis, au Brésil, en Chine, en Inde, en Israël, au Japon, à Singapour et en Corée du Sud.

 

Note Gènéthique :

CRISPR a fait l’objet d’une bataille de brevet aux Etats-Unis (cf. CRISPR : l’Office américain des brevets tranche) ; des sommes considérables sont en jeu.

 

 

[1] Par opposition aux cellules procaryotes (bactéries), les cellules eucaryotes possèdent un noyau contenant l’ADN, séparé du reste du contenu cellulaire.

<p>Korea IT Times, Monica Youn-soo Chung (25/10/2017)</p> <p>Photo : Pixabay</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres