Médecine régénérative : des cellules de la moelle osseuse pour stimuler le coeur

Publié le : 11 juillet 2014

La reprogrammation des cellules de la moelle osseuse pour stimuler le coeur des insuffisants cardiaques pourrait bientôt bénéficier à de nombreux malades. En début d’année, tout comme les autorités européennes, la Food & Drug Administration (FDA) * a donné son accord au démarrage d’un essai clinique de phase III, dernière étape avant une utilisation de la technique à grande échelle. Cet essai va porter sur une cohorte de 500 patients: la moitié en Europe, l’autre aux Etats-Unis. A l’origine de cette technique, la start-up belge Cardio3 BioSciences et la Mayo Clinic de Rochester (Minnesota). 

 

La technique : outre des cellules souches hématopoïétiques, la moelle osseuse contient 2 à 3% de cellules mésenchymateuses qui, au cours du « développement embryonnaire, ont donné naissance au squelette et aux muscles« . Placées en culture avec des facteurs de croissance pendant 4 à 5 semaines, les cellules mésenchymateuses sont à même de se « transformer à nouveau en cellules osseuses, musculaires et cardiaques« .  Elles sont alors injectées dans le coeur, via un cathéter inséré dans l’artère fémorale. Elles peuvent ainsi se mélanger aux cellules cardiaques saines et aider le coeur à se régénérer pour retrouver en partie sa puissance contractile.

William Wijns, spécialiste de cardiologie interventionnelle et de la viabilité du tissu cardiaque explique : « Injecter des cellules souches indifférenciées en espérant qu’elles se décident à se transformer en cellules myocardiques, c’est illusoire. C’est pourquoi nous avons choisi d’utiliser des cellules souches spécifiques, celles qui sont à l’origine de la formation du coeur chez l’embryon« . 

 

Si tout se passe comme prévu, la thérapie pourrait être commercialisée en Europe fin 2016 et un an plus tard aux Etats-Unis. Selon le président de Cardio3 Bio Sciences, le prix de la thérapie n’est pas encore connu. Cependant, il « estime qu’il sera moins élevé que celui du traitement actuel de l’insuffisance cardiaque à un stade avancé« . 

 

* Food & Drug Administration : Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux 

<p> Lepoint.fr <small>(Anne Jeanblanc)</small> 10/07/014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres