Massachusetts : une réduction de peine contre un don d’organes ?

Publié le 7 Fév, 2023

Dans le Massachusetts, des législateurs ont proposé de réduire la peine des prisonniers qui feraient don de leurs organes.

« Le programme de don de moelle osseuse et d’organes permettra aux personnes incarcérées éligibles de bénéficier d’une réduction d’au moins 60 jours et d’au plus 365 jours de la durée de leur peine (…) à condition que la personne incarcérée ait fait don de moelle osseuse ou d’organe(s) » indique la proposition de loi HD.3822.

Le texte a été déposé par quatre démocrates de la Chambre des représentants de l’Etat. L’un d’eux, Judith Garcia, a expliqué sur Twitter que « près de 5 000 résidents du Massachusetts sont actuellement en attente d’une transplantation d’organe ». Selon elle, la proposition de loi « rétablirait l’autonomie corporelle des personnes incarcérées en leur donnant la possibilité de donner des organes et de la moelle osseuse ».

Le texte a suscité de vives réactions : lier le don d’organes à une réduction de peine « signifie que nous considérons désormais le prélèvement d’organes comme une sanction acceptable » au sein de notre système judiciaire, « au même titre qu’une peine de prison ou que les amendes que certaines personnes sont en mesure de payer au lieu de la peine de prison », a commenté un opposant à la proposition.

 

Source : BioEdge, Michael Cook (31/01/2023) – Photo : iStock

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur
/ Transhumanisme

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur

Un Américain handicapé a commencé à utiliser une fonction d’intelligence artificielle pour l’aider à communiquer à une vitesse « conversationnelle » ...
Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres