Marchandisation des données de santé : des pharmaciens québécois visés par une plainte disciplinaire

Publié le : 16 juillet 2020

Au Québec, « 73 pharmaciens affiliés à la bannière Jean Coutu sont visés par la plainte disciplinaire ». La raison : « selon l’enquête du syndic de l’Ordre des pharmaciens, des représentants de la société pharmaceutique Angita Pharma auraient pris contact avec les pharmaciens et leur auraient fait miroiter des avantages pécuniaires s’ils aidaient l’entreprise à ″prioriser″ certains médicaments génériques distribués par la société ».

 

Ainsi « des pharmaciens auraient laissé un représentant d’Angita Pharma accéder aux dossiers confidentiels de leurs patients afin de réaliser des projections financières quant aux sommes qu’ils pouvaient espérer toucher ». Et, qui plus est, ils auraient « laissé un employé d’Angita Pharma inscrire lui-même dans le dossier de certains patients une ″note de rappel″ afin qu’on leur propose le générique fabriqué par la société lorsqu’ils renouvelleraient leur ordonnance ». Cet accord concernait des médicaments « qui ne sont pas listés par la Régie de l’assurance maladie du Québec, mais qui sont couverts par certains assureurs privés, ce qui donne plus de latitude au fabricant pour verser des ristournes élevées ».

 

« Le respect de la confidentialité est fondamental et à la base même de la relation de confiance entre un professionnel et son patient » a déclaré l’Ordre des pharmaciens suite à cette affaire. « Le Code de déontologie des pharmaciens est d’ailleurs clair sur le sujet : le pharmacien doit respecter le secret de tout renseignement obtenu sur ses patients et ne doit pas en faire usage en vue d’en tirer un avantage. »

 

Dans un communiqué, le groupe Jean Coutu a indiqué déplorer les faits, affirmant que « des pharmaciens affiliés à d’autres enseignes faisaient aussi l’objet d’une enquête pour les mêmes pratiques et que l’affaire concernait une toute petite minorité de pharmaciens ».

 

 

Pour aller plus loin :

Partage des données et absence de recueil de consentement : Doctissimo fait l’objet d’une plainte auprès de la CNIL

Contre l’avis de l’Ordre des médecins, le Sénat autorise la conservation prolongée des données

Rapport de la CNIL : des plaintes toujours plus nombreuses dans le domaine de la santé

Les lucratives ventes de données de santé au Royaume-Uni

 

<p>La Presse, Vincent Larouche (15/07/2020)</p> <p> </p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres