L’Ordre des médecins confirme la radiation de Nicolas Bonnemaison

Publié le 23 Juin, 2016

Le 17 juin, la chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des médecins a confirmé la radiation de Nicolas Bonnemaison, rejetant son appel d’octobre 2015 (cf. Le docteur Bonnemaison demande la révision de sa révocation de l’Ordre des médecins ).

 

A la suite du « décès » de plusieurs patients hospitalisés dans l’unité où il exerçait à Bayonne, Nicolas Bonnemaison a fait l’objet de poursuites car il était soupçonné de leur avoir « administré des substances ayant entrainé leur mort ». Radié une première fois par la chambre disciplinaire de première instance d’Aquitaine, Nicolas Bonnemaison avait fait appel de cette radiation en janvier 2013. En avril 2014, la chambre disciplinaire nationale avait donc déjà rejeté une première fois son appel, la radiation prenant effet au 1er juillet 2014.

 

« Côté pénal », le cheminement a également été long, jusqu’à ce que l’affaire revienne aux Assises du Maine et Loire en octobre 2015. Il y est condamné à deux ans de prison avec sursis (cf. Le docteur Bonnemaison condamné à deux ans de prison avec sursis ), mais acquitté pour deux décès, ce qui lui permet de faire appel une seconde fois de sa radiation.  

 

Le 17 juin 2016, la chambre a réexaminé l’affaire dans son ensemble et en a conclu que « le docteur Nicolas Bonnemaison ayant, dans deux cas au moins, délibérément et de sa propre et seule initiative provoqué la mort, violant ainsi les dispositions de l’article R4126-38 du code de la santé publique, il y avait lieu de prononcer sa radiation du tableau de l’ordre ».

 

Toutefois, Nicolas Bonnemaison pourrait encore demander « s’il s’y croyait fondé », au terme des trois ans prévu par le code de la santé publique « à être relevé de l’incapacité résultant de cette sanction, dont l’effet a été maintenu au 1er juillet 2014 ».

Hospimedia (24/06/2016)

Partager cet article

Synthèses de presse

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines
/ PMA-GPA

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines

Juristes pour l’enfance demande un décret ordonnant la destruction des stocks de gamètes recueillis avant la loi de bioéthique de ...
Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »
/ Fin de vie

Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »

Le Dr Pascale Favre analyse le « modèle » belge régulièrement mis en avant dans le débat sur la fin ...
Canada : un projet de loi pour retarder d'un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales
/ Fin de vie

Canada : un projet de loi pour retarder d’un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales

Jeudi, le ministre de la Justice a déposé un projet de loi visant à retarder d'un an l’élargissement de l'"aide ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres