Loi de bioéthique : la reprise des débats en débat

Publié le 25 Mai, 2020

Jeudi, le président du groupe des députés LREM, Gilles Le Gendre, a considéré que le texte concernant la bioéthique qui doit être examiné en seconde lecture à l’Assemblée nationale « ne pourrait être adopté ‘avant l’été’ en raison de la crise sanitaire ». Une information relayée par le ministre de la santé Olivier Véran sur twitter qui juge que « le débat parlementaire n’est pas achevé, et si la priorité donnée à la crise sanitaire rend difficile son adoption avant l’été hélas, elle le sera dans les tout prochains mois ! ».

 

Face aux réactions nombreuses, la co-rapporteure LR de la loi bioéthique, Muriel Jourda a de son côté estimé qu’« indépendamment de toutes positions personnelles », il serait bon que les débats aient lieu « dans des conditions normales », avant d’ajouter : « C’est un sujet qui mérite qu’on ait un vrai débat ».

 

Bernard Jomier, le co-rapporteur PS de la loi bioéthique « comprend que la loi ne puisse être adoptée en juin », mais pour lui, « le fait de reporter en 2021 la loi bioéthique serait un abandon politique sur la réforme phare qui est celle de la PMA ». Il juge que « sur la recherche sur les cellules souches, le diagnostic prénatal, on a un retard considérable ».

Public Sénat, Héléna Berkaoui (22/05/2020)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur
/ Transhumanisme

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur

Un Américain handicapé a commencé à utiliser une fonction d’intelligence artificielle pour l’aider à communiquer à une vitesse « conversationnelle » ...
Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres