L’IVG de nouveau débattue au Sénat au travers du projet de loi égalité f/h

Publié le : 17 avril 2014

 Aujourd’hui jeudi 17 avril, le projet de loi sur l’égalité entre les femmes et les hommes sera discuté en 2ème lecture au Sénat. Il comporte des articles contestés visant à banaliser l’avortement.

Sénateurs opposés. Parmi les deux mesures contestées (Cf. Synthèse Gènéthique du 23 janvier 2014) figure la suppression de la notion « d’état de détresse » pour procéder à un avortement. Quelques sénateurs ont bien l’intention de s’y opposer aujourd’hui. Il s’agit notamment des sénateurs UMP Philippe Bas (Manche), Jean-Jaques Hyest (Seine-et-Marne) et André Reichardt (Bas-Rhin). Pour Philippe Bas, la suppression de cette notion « porte atteinte à l’équilibre péniblement trouvé de la loi Veil de 1975″ et s’oppose frontalement à l’article premier de cette même loi, défendant le respect de tout être humain dès sa conception. Faire passer ainsi l’avortement d’une dérogation à un droit conduirait à « banaliser un acte qui ne l’est pas du tout ».

Absence de concertation. Dans un communiqué de presse la Fondation Jérôme Lejeune « s’émeut de l’absence d’un réel débat démocratique pour traiter sereinement un sujet de fond ». En effet, ses articles avaient été introduits subrepticement par amendements du groupe socialiste en première lecture.

Coïncidence de calendrier. Au moment où le Parlement s’apprête à banaliser totalement l’avortement, et donc à relativiser le « caractère exceptionnel de la vie humaine » par la levée des dernières entraves à l’avortement, il revalorise symboliquement la vie animale. Cette semaine, une commission de l’Assemblée nationale a en effet requalifié les animaux de « meubles » à « êtres vivants doués de sensibilité« . Pour Jean-Marie Le Méné, Président de la Fondation Jérôme Lejeune, « le fait que ce débat [au Sénat] se tienne alors qu’une commission de l’Assemblée Nationale vient de voter un changement de statut des animaux en dit long sur l’invraisemblable inversion des valeurs ». Cette indignation n’est pas isolée, puisque la semaine dernière avait lieu l’audition publique d’UN DE NOUS, initiative citoyenne ayant récolté près de 2 millions de signature à une pétition demandant à l’Union Européenne de protéger l’embryon humain (Cf Synthèse Gènéthique du 11 avril 2014). 

On peut en outre noter que le Planning familial vient de lancer cette semaine une campagne pour l’avortement, publiquement soutenue par Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé. 

<p>ValeursActuelles.com 16/04/2014 – Famille Chrétienne (Pauline Quillon) 16/04/2014 – Aleteia 16/04/2014 </p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres