L’Irlande du Nord lance une campagne de sensibilisation au don d’organes

Publié le : 12 février 2014

 Le Ministre de la santé Nord-Irlandais, Edwin Poots, a présenté hier les nouvelles étapes de sa politique en matière de don d’organes. L’objectif final est d’augmenter le nombre de donneurs. Il s’agit aussi de « s’aligner sur les performances » des autres pays en matière de transferts d’organes. 

 

Le Ministre a déclaré à l’Assemblée : « En avril dernier j’ai annoncé les mesures clé confiées à mon Département au sujet du développement de sa politique du don d’organes. En juillet 2013, j’ai lancé la nouvelle stratégie initiée au niveau du Royaume-Uni, ‘Taking Organ Donation to 2020 – A UK Strategy’, conduite par le NHS Blood and Transplant (NHSBT). Cette stratégie a été conduite par le NHSBT en collaboration avec les Départements de la Santé du Royaume-Uni et toutes les parties prenantes en matière de don d’organes et de transplantation, dont les corps professionnels, les associations de patients, les chirurgiens et leurs services ».*

 

 

Edwin Poots a ensuite dépeint les résultats de l’enquête qu’il avait commandée à l’Agence de Santé Publique (PHA) dans le but de connaître l’état de l’opinion sur le sujet du don d’organes. 84% des répondants accueille positivement l’idée même du don d’organes. L’ensemble des résultats de l’enquête a servi à alimenter la campagne d’information lancée aujourd’hui par la PHA. Cette campagne vise à encourager les citoyens à exprimer, à leurs proches parents, leurs souhaits de donner ou non leurs organes. A la suite de cette campagne, courant 2014, la PHA conduira une autre enquête, afin de prendre d’autres mesures sur ce dossier.

 

 

Jusque là, le système de donation en Irlande du Nord est celui du « opt-in system », selon lequel chacun doit exprimer volontairement son consentement à donner ses organes. Mais la plupart des pays européens a changé son système du opt-in pour le systeme du opt-out qui consiste à faire la démarche inverse, celle de se désinscrire des fichiers car tous les patients sont présumés donneurs pour le corps médical. Il est question que l’Irlande du Nord choisisse ce système à terme, comme vient récemment de le faire l’Ecosse.

Environ 15 personnes meurent chaque année en Irlande du Nord en attente de transplantation.

<p> London Derry Sentinel 11/02/2014 – Belfast Telegraph (Editorial) 11/02/2014 – The Journal.ie (Sinead O'Carroll) 01/10/2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres