Leur enfant survit à un avortement, la famille porte plainte pour erreur médicale

Publié le : 27 juillet 2017

Enceinte de 8 mois, une femme originaire de Boulogne apprend via une IRM que son fœtus souffre d’une « malformation très grave du cerveau ». L’hôpital Duchenne de Boulogne lui « prescrit » une interruption médicale de grossesse (IMG).

 

Le 24 juillet dernier, les médecins procèdent à l’IMG par l’injection d’un produit létal. Mais quelques heures plus tard, au lieu de donner naissance à un enfant mort-né, la femme accouche d’un enfant vivant. « Annoncé gravement handicapé, il boit, il bouge mieux qu’espéré »« En colère », les parents veulent porter plainte.

 

D’après la direction de l’hôpital Duchenne, « aucune erreur n’a été commise. C’est une situation rare et désolante, la première fois qu’on voit ça. Mais c’est déjà arrivé à Lille ». Elle ajoute « qu’il est trop tôt pour se prononcer » sur l’état du bébé, mais reste « pessimiste ».

 

L’Agence régionale de santé doit décider dans les prochains jours si une enquête doit être faite.

 

Pour aller plus loin :

<p>La voix du nord, <span>Simon Tiberghien (26/07/2017)</span></p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres