L’Etat de New York autorise la gestation par autrui à l’occasion d’un budget COVID-19

Publié le 6 Avr, 2020

Le 2 avril, l’État de New York a légalisé la gestation par autrui commerciale dans le cadre d’un budget discuté à l’occasion de la pandémie de coronavirus. Ce projet de loi doit autoriser les résidents de l’Etat de New York à passer des contrats de gestation par autrui rémunérés à partir du 15 février 2021.

 

La loi doit garantir « le droit sans entrave des mères porteuses de prendre leurs propres décisions en matière de soins de santé, y compris d’interrompre ou de poursuivre une grossesse ».

 

Le gouverneur de l’Etat, Andrew Cuomo, a fait de cette mesure une mesure politique. Elle a été combattue par une alliance composée de féministes et d’organisations religieuses qui ont dénoncé l’exploitation potentielle des mères porteuses.

 

Kathleen Gallagher, de la Conférence catholique de l’État de New York, a critiqué l’inclusion de la maternité de substitution dans un projet de loi budgétaire pendant la pandémie COVID-19 : « Nous ne pensons tout simplement pas qu’une décision juridique et morale aussi critique pour notre État aurait dû être prise derrière les portes closes d’un Capitole fermé au public », a-t-elle déclaré. « La nouvelle loi est mauvaise pour les femmes et les enfants, et le procédé est terrible pour la démocratie »

 

La maternité de substitution commerciale était jusqu’ici légale, ou n’était pas expressément interdite, dans tous les États américains, excepté New York, la Louisiane et le Michigan.

BioEdge, Michael Cook (05/04/2020)

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres