Les tests génétiques ne permettent pas de mieux prédire les risques de maladies coronariennes

Publié le : 8 avril 2020

Une étude publiée dans un récent numéro du Journal of the American Medical Association, montre que les tests génétiques ne permettent pas de mieux prédire les risques de maladies coronariennes[1] que les facteurs de risque classiques.

 

L’étude a été menée par les chercheurs du centre médical de l’université Vanderbilt à Nashville dans l’Etat du Tennessee, sur les données de deux cohortes, représentant chacune respectivement 4847 et 2390 patients entre 1996 et 2015.  

 

« La génétique est un déterminant important des maladies familiales et un outil clé pour comprendre la biologie humaine, et l’idée que la génétique puisse également être importante pour la prédiction de maladies communes a été une source d’excitation au cours des dernières années. Mais en tant qu’outil clinique quotidien pour prédire les risques cardiovasculaires, la génétique humaine n’existe pas encore », a déclaré un des coauteurs de l’étude. Il a ajouté : « Nous ne devons pas perdre de vue les facteurs de risque traditionnels pour évaluer le risque de maladie cardiovasculaire, donner des conseils sur ce risque et élaborer des stratégies pour le réduire ».



[1] La maladie coronarienne, également connue sous le nom de cardiopathie ischémique, est la maladie cardiaque la plus courante. La maladie coronarienne est une maladie progressive, initiée par des lésions au niveau des parois des vaisseaux qui irriguent le cœur (les artères coronaires). Ces lésions déclenchent un processus complexe de remodelage et d’athérosclérose qui entraîne l’épaississement de la paroi artérielle et donc une diminution du flux sanguin vers le cœur.

 

<p>Medical Press (07/04/2020)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres