Les plantes OGM : un problème pour la santé publique ?

Publié le 25 Juin, 2020

Les plantes génétiquement modifiées occupent « 11% des faces cultivées autour du globe ».

 

A l’occasion d’un documentaire diffusé sur ARTE, « OGM, mensonges et vérités », Frédéric Castaignède reprend le fil d’une « conquête des continents à marche forcée » pour imposer, à partir des années 1990, une nouvelle façon de se nourrir.

 

Modifiées « en introduisant dans son patrimoine un gène supplémentaire issu d’une bactérie, afin de la rendre résistante aux attaques d’insectes ravageurs comme la pyrale et la chrysomèle », ces plantes ont amélioré les rendements de 7 à 10%. En même temps, « les surfaces ont augmenté de 50 % », tandis que « les volumes de pesticides bondissaient de 850 % ». En effet, « contrairement aux promesses, les OGM n’ont pas supprimé les traitements » ; les mauvaises herbes « se sont adaptées » pour résister. Cancers, fausses couches, l’utilisation massive de « produits phytosanitaires » a eu des effets délétères sur la santé des populations « proches des zones d’épandage ».

 

« Avant vous ne pouviez pas consommer une plante qui avait reçu du Roundup puisqu’elle était forcément morte, explique Pierre-Henri Gouyon, biologiste et généticien. Maintenant, avec le gène qui lui permet d’y survivre, nous pouvons manger de l’herbicide… ».

Le Monde, Martine Valo (23/06/2020)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur
/ Transhumanisme

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur

Un Américain handicapé a commencé à utiliser une fonction d’intelligence artificielle pour l’aider à communiquer à une vitesse « conversationnelle » ...
Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres