Les personnes handicapées connaissent plus fréquemment leur agresseur

Publié le : 23 juillet 2020

Le ministère des Solidarités et de la Santé a publié hier un communiqué suite à la parution d’une étude[1] sur les violences faites aux personnes en situation de handicap. D’après cette étude, « entre 2011 et 2018, les personnes identifiées comme handicapées dans l’enquête Cadre de vie et sécurité déclarent plus souvent que le reste de la population avoir été victimes de violences physiques, sexuelles et verbales au cours des deux années précédant leur interrogation ». Ainsi, « 7,3 % ont subi des violences physiques et/ou sexuelles, autant ont été exposées à des menaces, et 15,4 % à des injures ». L’étude souligne également que « l’écart entre les personnes handicapées et le reste de la population est plus important parmi les femmes que parmi les hommes ».

 

Autre fait notable : « les victimes en situation de handicap sont deux fois plus souvent agressées chez elles ou à proximité de leur domicile et connaissent plus fréquemment leur agresseur » indique le communiqué du ministère. N’est-ce pas révélateur ?

 

A la veille de la deuxième lecture du projet de loi bioéthique, alors que la Commission spéciale a réintroduit le diagnostic pré implantatoire des aneuploïdies (DPI-A)[2], une pratique visant à détecter dans l’éprouvette les embryons qui comportent un nombre anormal de chromosomes pour éviter la naissance d’enfants trisomiques, et ce bien que les deux chambres aient voté contre cette disposition en première lecture (cf. Loi de bioéthique : no limit), notre société ne devrait-elle pas s’interroger sur la place qu’elle donne aux personnes porteuses de handicap ?

 

 

Pour aller plus loin :

Projet de loi de bioéthique : une société progressiste sera celle qui « cherchera à s’enrichir de chacun »

« Nous avons tous la même valeur et nous devrions tous avoir la même valeur »

Handicap : le pape appelle à un changement de mentalité



[1] Éva Baradji (DREES), Olivier Filatriau (Service statistique ministériel de la sécurité intérieure, SSMSI), 2020, « Les personnes handicapées sont plus souvent victimes de violences physiques, sexuelles et verbales », Études et Résultats, n°1156, Drees, juillet.

[2] Aneuploïdie : anomalie du nombre de chromosomes

 

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres