Les moustiques génétiquement modifiés, une approche sans risque pour lutter contre les maladies vectorielles ?

Publié le 11 Juin, 2017

La semaine dernière, le Haut conseil des biotechnologies (HCB) a rendu public son avis sur l’utilisation de moustiques génétiquement modifiés dans le cadre de la lutte antivectorielle. Le HCB avait été saisi en octobre 2015 par Ségolène Royal, alors ministre de l’environnement, « d’une demande d’éclairage sur les avantages et inconvénients de l’utilisation de moustiques génétiquement modifiés pour lutter contre les moustiques vecteurs de maladies » telles que le Zika, la dengue ou le chikungunya. Pour ces maladies à transmission vectorielles, qui « provoquent plus d’un million de décès chaque année dans le monde », on ne dispose « ni de traitement médical efficace, ni de vaccins adaptés et les moyens mis en œuvre pour éliminer les moustiques vecteurs sont limités (restrictions voire inefficacité des molécules insecticides) ». Le HCB estime aujourd’hui que la lutte contre ces maladies « exige de s’appuyer sur une palette de solutions variées combinant différentes approches complémentaires » ; ainsi « le recours à des moustiques modifiés apparaît être une stratégie à ne pas négliger, qui ouvre des perspectives intéressantes en terme de contrôle de populations de moustiques vecteurs ».

 

Deux possibilités de mode d’action sont envisagées : « diminuer le nombre de moustiques vecteurs par blocage de la reproduction des moustiques », ou leur faire perdre « la capacité à transmettre le pathogène responsable de la maladie chez l’homme ». Les moustiques sont « soit génétiquement modifiés, soit rendus stériles par irradiation ».

 

Si le HCB « salue l’intérêt potentiel de cette solution », il reconnait toutefois que « les effets positifs en termes d’impacts sur les épidémies restent à déterminer » et que cette stratégie serait à utiliser « sur le long terme et non comme un outil d’urgence ». Mais cet avis « consensuel » ne répond pas aux nombreuses questions posées par cette technique estime Jean-Yves Nau, journaliste et docteur en médecine. L’intérêt de la technique « est-il suffisant pour prendre le risque de bouleverser les équilibres écologiques » ?

 

Note Gènéthique :

Le quotidien du médecin, Fabienne Rigal (8/06/2017); Slate, Jean-Yves Nau (11/06/2017)

Photo: Pixabay / DR

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Passeport
/ PMA-GPA

GPA : La Cour constitutionnelle colombienne demande de nouvelles règles face au risque d’apatridie

La Cour constitutionnelle colombienne a ordonné au ministère des affaires étrangères d’accorder la nationalité colombienne à Leticia, une petite fille ...
pologne
/ IVG-IMG

Pologne : le Parlement rejette une proposition de loi visant à décriminaliser l’avortement

Le 12 juillet, le parlement polonais a rejeté, avec 218 voix contre 215, une proposition de loi visant à « décriminaliser ...
Don d’organes : la définition de la mort remise en question ?
/ Don d'organes

Don d’organes : la définition de la mort remise en question ?

Une procédure de prélèvement d’organes, la perfusion régionale normothermique, a engendré un débat éthique sur la définition de la mort ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres