Les mésaventures de ACT menacent la réussite de ses essais cliniques

Publié le : 27 janvier 2014

 L’Advenced Cell Technology (ACT) est l’entreprise américaine qui conduit en Europe (à Londres) le seul essai clinique mondial à partir de cellules souches embryonnaires. Elle doit annoncer d’ici la fin du mois de janvier les résultats préliminaires sur la sécurité de ses traitements élaborés pour des pathologies maculaires.

Plusieurs « faux-pas financiers » ont nuit aux essais cliniques d’ACT. Le 22 janvier 2014, son directeur général, Gary Rabin, a dû démissionner suite à des opérations financières illégales. Cet épisode succède à « des années de risques répétés de banqueroute ». De plus, l’entreprise a annoncé cette semaine son intention de commencer le prochain round de ses essais cliniques dans le courant de la deuxième moitié de 2014. Mais son dernier bilan trimestriel révèle que les fonds manquent.

 

Par ailleurs, d’autres essais cliniques concurrents sont en train de voler la vedette d’ACT. Il s’agit du « Projet de Londres pour guérir de la cécité », qui a développé une thérapie dérivée de cellules souches embryonnaires, pour les personnes de 50 ans et plus. L’autre initiative est celle de l’ophtalmologiste Masayo Takahashi du Centre RIKEN à Kobé (Japon), qui utilise des cellules souches pluripotentes induite (IPS). L’avantage des cellules IPS sur les cellules souches embryonnaires, est qu’elles ont moins de risques de provoquer des réponses immunes car elles sont extraites des propres tissus du patient.

<p> Nature.com (Heidi Ledford) 25/01/2014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres