Les français et les manipulations génétiques

Publié le 8 Déc, 2006

Un sondage TNS-Sofres, réalisé les 11 et 12 octobre derniers, pour le magazine « Philosophie magazine » sur l’homme génétiquement modifié, montre que "la seule invocation des bienfaits thérapeutiques d’une technique ne suffirait pas à la faire accepter".

A la question : "Supposons que nous puissions, en agissant sur les gènes de nos enfants, les protéger du sida, ferions-nous ce choix ?", 49% répondent oui. 55% des personnes interrogées sont opposés à la greffe d’organes humanisés, comme celle d’un cœur de porc transgénique. 53% des personnes se déclarent contre l’utilisation d’un utérus artificiel, même si "une grossesse naturelle était trop dangereuse pour la mère et/ou pour l’enfant".

Un autre sondage réalisé en 2 000 révélait une certaine méfiance vis à vis de la science. 78% des sondés souhaitaient que les scientifiques soient contrôlés pour "éviter que des recherches dangereuses pour la société ne se développent". 63% étaient pour vérifier l’absence de prédispositions à certaines maladies d’un enfant dès sa conception. Mais la grande majorité rejetait le choix du sexe et de l’apparence physique (78 et 85%). Quant au clonage, jusqu’à 89% des français s’y opposaient. Néanmoins, pour 71%, cloner des cellules humaines pour fabriquer des organes utilisables pour des greffes était admis. 

« Philosophie magazine » souhaite ouvrir un débat sur "les conséquences métaphysiques, politiques, sociales" des avancées de la science.

Le Quotidien du Médecin (Dr Lydia Archimède) 08/12/06

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

PMA : les enfants nés d'un don veulent des informations, voire beaucoup plus
/ PMA-GPA

PMA : les enfants nés d’un don veulent des informations, voire beaucoup plus

Selon une étude, les adultes conçus avec les gamètes d’un donneur expriment « un intérêt significatif pour l’obtention d’informations relatives au ...
Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur
/ Transhumanisme

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur

Un Américain handicapé a commencé à utiliser une fonction d’intelligence artificielle pour l’aider à communiquer à une vitesse « conversationnelle » ...
Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres