Les expériences négatives pendant l’enfance accélèrent le vieillissement épigénétique

Publié le 27 Juin, 2023

Des chercheurs de l’école de médecine Feinberg de l’université Northwestern, à Chicago, ont montré un lien entre les « expériences négatives »[1] vécues pendant l’enfance et les modifications épigénétiques liées à l’âge. Leurs travaux ont été publiés dans la revue JAMA Network Open [2].

Les chercheurs ont utilisé les données de l’étude CARDIA [3], initialement conçue pour examiner les facteurs contribuant au développement des maladies cardiovasculaires. L’étude CARDIA a commencé par une évaluation de base en 1985 et a procédé à huit examens de suivi sur une période de 30 ans. Deux périodes de suivi de l’étude CARDIA ont été utilisées dans la présente analyse : la 15e année au cours de laquelle les participants étaient interrogés sur leurs expériences, et la 20e année.

Cinq mesures basées sur la méthylation de l’ADN et associées au vieillissement biologique et à la santé à long terme ont été effectuées à l’année 15 et à l’année 20. Les marqueurs épigénétiques des participants ayant vécu quatre « expériences négatives », ou plus, ont été comparés à ceux qui en avaient moins de quatre. Le fait d’avoir subi quatre expériences négatives ou plus était « systématiquement » associé à diverses mesures d’accélération épigénétique de l’âge : leur « âge épigénétique » était plus élevé que leur « âge chronologique », indépendamment de leur statut socio-économique au début ou à la fin de leur vie.

 

[1] « violence, abus, négligence, insécurité et instabilité du foyer »

[2] Kyeezu Kim et al, Association of Adverse Childhood Experiences With Accelerated Epigenetic Aging in Midlife, JAMA Network Open (2023). DOI: 10.1001/jamanetworkopen.2023.17987

[3] Coronary Artery Risk Development in Young Adults

Source : Medical Xpress, Justin Jackson (19/06/2023)

Partager cet article

Synthèses de presse

Fin de vie : une convention mais deux associations
/ Fin de vie

Fin de vie : une convention mais deux associations

A la suite de la convention citoyenne, les participants ont souhaité continuer à exister dans le débat. Deux associations ont ...
Femme homme
/ Génome

Le chromosome X inactif responsable de la prévalence des maladies auto-immunes chez la femme ?

Les maladies auto-immunes sont 4 fois plus fréquentes chez les femmes. Des chercheurs affirment que cela pourrait être dû à ...
« Dans ce débat, les médecins n’ont pas une opinion mais une compétence »
/ Fin de vie

« Dans ce débat, les médecins n’ont pas une opinion mais une compétence »

Alors que le projet de loi sur la fin de vie devrait être présenté d’ici quelques jours, les soignants déplorent ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres