Les chantiers de l’Agence de biomédecine

Publié le 9 Mai, 2005

L‘Agence de la biomédecine sera officiellement inaugurée le 10 mai. Cet organisme public devra superviser les activités de procréation assistée, de diagnostic prénatal, de génétique, de prélèvement et de greffe d’organes ainsi que la recherche sur l’embryon.

Le premier chantier de l’Agence de biomédecine dirigée par Carine Camby sera l’évaluation des activités d’assistance médicale à la procréation. "L’idée est de mieux apprécier les résultats obtenus par chaque équipe et d’en informer le public, en collaboration avec les professionnels" explique Carine Camby. L’Agence devra se pencher sur le sort des 110 000 embryons congelés. Sur ces questions, la loi prévoit un suivi des femmes ayant bénéficié d’une assistance à la procréation et des enfants nés par fécondation in vitro. Il faudra s’assurer que ces pratiques ne sont pas à l’origine de malformations congénitales. Ce suivi pose cependant un problème éthique, certains professionnels estimant que les familles ayant eu recours à ces méthodes ont le droit de vivre comme les autres sans se voir rappeler par une surveillance médicale régulière, la particularité de leur parcours procréatif.

Le deuxième chantier que devra mener l’Agence de biomédecine est celui du contrôle de la recherche sur l’embryon."Il faudra que l’on soit en mesure d’organiser une veille scientifique pointue" estime Carine Camby. Des experts "ouvert sur l’international" devront, avant d’autoriser une recherche prévoyant l’utilisation d’embryons conçus in vitro s’assurer que celle ci ne peut pas être menée "par une autre méthode d’efficacité comparable". Cette mesure vise à ne pas négliger la recherche sur les cellules souches adultes au profit de la recherche sur les cellules souches embryonnaires.

Carine Camby souhaite faire de l’Agence un lieu de débats, de réflexion permanente sur toutes les questions soulevées par la biomédecine. Elle veut ouvrit le dialogue aux professionnels, aux associations mais aussi aux membres de la société civile. Son but sera de remettre un rapport pour la nouvelle révision des lois de bioéthique qui doit avoir lieu dans 5 ans.

Consultez en ligne le Décret n° 2005 – 420 du 4 mai 2005 relatif à l’Agence de la biomédecine et modifiant le code de la santé publique (partie réglementaire).

La Croix (Marianne Gomez) 09/05/05 – Le Monde 07/05/05

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Inde : « Personne, y compris un médecin, n’est autorisé à provoquer la mort d’une autre personne »
/ Fin de vie

Inde : « Personne, y compris un médecin, n’est autorisé à provoquer la mort d’une autre personne »

Le 2 juillet, la Haute Cour de Delhi a rejeté la requête demandant de constituer une commission médicale pour évaluer ...
Passeport
/ PMA-GPA

GPA : la Cour constitutionnelle colombienne demande de nouvelles règles face au risque d’apatridie

La Cour constitutionnelle colombienne a ordonné au ministère des affaires étrangères d’accorder la nationalité colombienne à une petite fille née ...
Pologne : le Parlement rejette une proposition de loi visant à décriminaliser l’avortement
/ IVG-IMG

Pologne : le Parlement rejette une proposition de loi visant à décriminaliser l’avortement

Le 12 juillet, le parlement polonais a rejeté, avec 218 voix contre 215, une proposition de loi visant à « décriminaliser ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres